Economie

La France perd deux places dans le classement de Shanghai

Cécile Maillard

Publié le

Trois universités françaises figurent toujours dans le top 100 du classement de Shanghai, mais la France passe de la 6e à la 8e place dans le palmarès mondial.

La France perd deux places dans le classement de Shanghai © D. R.

Les universitaires français ont beau le critiquer à tout va, le classement de Shanghai reste examiné à la loupe par le petit monde de l'enseignement supérieur. En tête de la neuvième édition, qui vient d'être publiée, l'indéboulonnable université américaine Harvard, suivie de deux autres établissements US, Stanford et le Massachusetts Institute of Technology (MIT). Les Etats-Unis remportent d'ailleurs 17 des 20 premières places, le Royaume-Uni  - avec Cambridge, Oxford et University College of London - s'octroyant les trois autres.

Côté français, on retrouve les trois mêmes universités que l'année dernière : Paris-Sud Orsay (40e rang, + 5 places par rapport au classement 2010) souffle la place de tête à l'Université Pierre et Marie Curie (41e rang, -2), grâce à la médaille Fields attribuée en 2010 à un mathématicien thésard d'Orsay. L'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm apparaît en 69e place, gagnant 2 places.

Une simulation de classement

Dans le bas du tableau, quelques changements pour les établissements français. L'Université Dauphine grimpe du top 400 au top 300 grâce à la médaille Fields obtenue par Cédric Villani. Surtout, commencent à se faire sentir les retombées du regroupement des universités, mis en route justement après le choc du premier classement de Shanghai, très défavorable à la France. Alors que les deux universités d'Aix-Marseille se situaient dans la tranche des 201-300 l'an dernier, leur fusion en une seule université permet de hisser le nouvel établissement dans la tranche 102-150.

Laurent Wauquiez, nouveau ministre de l'enseignement supérieur, se réjouit d'ailleurs, dans Les Echos du 16 août, de la "politique de rapprochement des universités, qui donne une taille critique pour s'imposer". Il indique qu'une simulation faite à sa demande par les auteurs du classement de Shanghai, et prenant en compte les rapprochements en cours, permettrait de "faire un saut important" dans le classement à l'avenir.

Reste qu'en nombre d'établissements présents dans le classement des 500 meilleures universités, la France passe du 6e rang au 8e, avec 21 établissements au lieu de 22 (une université d'Aix-Marseille ayant disparu du fait de la fusion).

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte