La France ne produit plus assez de viande bovine

L’affaire de la viande de cheval retrouvée dans des plats préparés de la grande distribution interroge sur la capacité de la France à produire sa propre viande bovine. La pénurie de production domestique implique des prix à la hausse pour la viande made in France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La France ne produit plus assez de viande bovine

Le circuit commercial de la viande a de quoi donner le tournis à l’heure de la mondialisation. Le scandale des lasagnes au cheval met en lumière la complexité du maillage de la filière viande bovine européenne. Vendu en France, confectionné au Luxembourg, abattu (selon les premières informations) en Roumanie, négocié à Chypre puis aux Pays-Bas… destiné aux étals des supermarchés, le lot de viande incriminé a fait l’objet d’un circuit aux multiples intermédiaires.

Longtemps exportatrice de viande bovine, la France a perdu de sa superbe au profit d’autres pays producteurs de l’Union européenne très compétitifs, comme la Pologne ou la Roumanie, mais surtout le Brésil, premier exportateur mondial de boeuf devant les États-Unis.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"La production française de gros bovins finis est largement retombée en 2012 des niveaux élevés atteints en 2011 : elle n’a pas dépassé 1,35 million de téc (tonne équivalent-carcasse), soit 6% de moins qu’en 2011 et 2% de moins qu’en 2010. La rareté de l’offre a tiré les prix à la hausse, à la production comme au stade de détail. Faute de disponibilité, les exportations totales (vif fini + viande) ont chuté de 12%", confirme le rapport annuel sur la viande bovine menée par le GEB-Département Economie de l’Institut de l’élevage.

"Pour compenser le recul de la production nationale, la France a accru ses importations de viande (+2%), mais la pénurie sur le marché européen les a contenues à un niveau inférieur à ceux enregistrés entre 2006 et 2010", étaye l'étude.

Sur la base de premières estimations, le rapport de l'Institut de l'élevage fait également été d'un déficit de 4 % du rapport entre production et consommation de viande bovine en France en 2012. En 2011, ce rapport était nul, ce qui suggérait une parfaite adéquation entre l'offre et la demande françaises.

Selon des données compilées par l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) à partir des chiffres des Douanes, la France a accusé en 2012 un déficit commercial de 732 millions d'euros concernant la viande et les produits à base de viande. En comparaison, en 2003, ce solde commercial était excédentaire de 547 millions d'euros.

Elodie Vallerey

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS