Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La France n’a pas assez provisionné pour le démantèlement nucléaire selon Bruxelles

Ludovic Dupin

Publié le

Un rapport de Bruxelles prévoit l’évolution du parc nucléaire européen. Le document pointerait du doigt la France dont les provisions pour le démantèlement seraient insuffisantes.

La France n’a pas assez provisionné pour le démantèlement nucléaire selon Bruxelles

Selon une information du journal Les Echos, la Commission Européenne s’apprête à publier un rapport sur le "Programme indicatif du nucléaire". C’est un exercice auquel la commission s’était déjà prêté en 2008. Le document semble charger la France qui n’aurait pas provisionné assez pour faire face au démantèlement de son parc de 58 réacteurs nucléaires.

Le quotidien économique rapporte que la Grande-Bretagne et les Pays-Bas auraient respectivement provisionné 100% et 94% des frais prévus. L’Allemagne atteindrait, quant à elle, 83%. La moyenne Européenne se situerait à 56 % et la France n’atteindrait que 31 %.

Maintenir le parc européen

Le rapport de Bruxelles fait aussi état des lourds investissements pour maintenir le parc nucléaire européen entre 95 et 105 GW à l'horizon 2050. Cela demandera d’investir entre 450 à 500 milliards d'euros dans de nouveaux réacteurs et 45 à 50 milliards pour prolonger la durée de vie des tranches en activité. Dans ce cas, à cette date, l’atome compterait pour 17 à 21 % du mix électrique européen, contre 27 % aujourd’hui.

Ludovic Dupin

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

01/03/2016 - 21h09 -

La Cigale française et la Fourmi germano-britannique? à peine un tiers des fonds provisionnés pour le démantèlement et gestion des déchets alors que les réacteurs atteignent déjà pour une grande moitié les 30-40 ans de durée d'exploitation, avec un éventuel rallongement - envisagé mais non daté* - à 60 ans...

Autrement dit, 1/3 des fonds provisionnés sur 30 à 40 ans d'exploitation des 34 réacteurs CP0-1-2 de 900 MWe, 20 à 30 ans des 20 réacteurs P4-P'4 de 1300 MWe, 15 à 20 ans des 4 réacteurs N4 de 1450 MWe.

En étant optimiste, il reste 2/3 des fonds à provisionner sur 20-30 ans de durée d'exploitation de plus de la moitié des réacteurs, et 30-40 ans du restant... soit une contribution au service publique qui va a minima être multipliée par 2-3, augmentation mise sur le dos... du développement des ENRs bien entendu qui fait exploser la CSPE comme chacun sait!

La boucle est sur le point d'être bouclée...

* "Sur les 58 réacteurs du parc EDF, il n’est pas exclu que certains réacteurs ne puissent pas être prolongés au-delà de 40 ans à un coût économique acceptable (fonction des travaux d'une part requis pour respecter les demandes réglementaires et d'autre part nécessaires pour garantir un niveau de production suffisant)"
(Rapport Bataille & Biraux de l'OPECST sur "La durée de vie des centrales nucléaires et les nouveaux types de réacteurs", 13 mai 2003)
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle