La France, moteur d'un pacte énergétique méditerranéen

A l’occasion d’une visite au Maroc les 11 et 12 juillet, le ministre de l’Industrie Eric Besson a annoncé de nouvelles aides en faveur du plan solaire marocain. Une étape de plus vers la constitution d’un pacte énergétique plus global dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La France, moteur d'un pacte énergétique méditerranéen

100,3 millions d’euros. C’est l’enveloppe qu’Eric Besson a accordé au plan de développement de l’énergie solaire au Maroc le 11 juillet. Une somme qui sera versée par l’Agence française de développement (AFD).

Dès 2009, le pays d’Afrique du Nord a annoncé son intention de produire de l’électricité à partir de l’énergie solaire à hauteur de 2 000 mégawatts. Le tout pour plus de neuf milliards de dollars d’investissement. Dans le détail, les missions essentielles du plan opérationnel en 2020 sont de "développer des centrales solaires intégrées, de promouvoir une industrie compétitive dans le domaine de l’énergie solaire et de déployer la recherche et développement dans cette filière tout en étant force de proposition sur le plan local".

C’est l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen) qui est en charge de ce projet pour lequel cinq sites ont déjà été identifiés. Ouarzazate, Ain Béni Mathar, Sebkhat Tah (région de Tarfaya), Foum Al Oued (région de Laayoune) et Boujdour seront les lieux de développement de l’énergie solaire au Maroc, ce qui devrait représenter une superficie totale de 10 000 hectares. C’est le site de Ouarzazate qui devrait être mis en service en premier en 2015 environ.

Les industriels français sur les rangs


L’Agence compte sur des opérateurs tant nationaux qu’internationaux pour la réalisation des centrales. Les candidats seront sélectionnés par l’agence dans le cadre de partenariats publics-privés. C’est dans ce cadre que le ministre de l’Industrie français était accompagné d’entreprises françaises spécialisées dans le solaire. Selon des sources ministérielles, Areva, Alstom et Soitec faisaient partie du voyage.

Ce dernier a d’ailleurs déjà signé un mémorandum avec Schneider Electric et Masen, l’agence marocaine pour l’énergie solaire, le 15 juin dernier. "Il y a de vraies opportunités au Maroc, avec de fortes déclarations d’intention du gouvernement pour implanter une filière solaire dans le pays, assure un porte-parole de Schneider Electric. Notre accord avec Soitec et Masen est une première étape pour le plan solaire méditerranéen". Du côté des deux géants français, Areva et Alstom, on confirme le fort intérêt et le potentiel d’une présence au Maroc, sans donner davantage d’informations sur les éventuelles discussions en cours.

Clé de voûte de l’UPM


Pour la France, ce projet marocain est surtout "la clé de voûte du plan solaire méditerranéen". Pour Eric Besson, dans un entretien au quotidien à l’Economiste, "le Maroc et la France n’ont qu’un seul mot d’ordre : passez du plan aux actes". Le ministre voit dans ce projet un pilote pour la région, permettant de mettre l’accent sur la nécessité de relancer le plan solaire dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée (UPM), un cheval de bataille pour le gouvernement Fillon. "Ce plan a été lancé en 2008 mais dans les faits il n'a pas été concrétisé" et l'objectif consiste à "l'adopter définitivement au premier trimestre 2012", explique le ministre de l’Industrie.

A terme l’objectif est notamment d’installer 20 gigas watts de capacités électriques nouvelles au Sud et à l’Est de la mer. Sur cette zone, Eric Besson estime que la demande d’électricité va progresser de 6% par an. "Une démarche qui va permettre de créer plus de formations, plus de partage de technologie et plus d’emplois", selon Eric Besson.

Le ministre de l’Industrie a profité de sa visite au Maroc pour appeler l’Union européenne à la mise en œuvre d’un plan pour l’innovation industrielle et les PME en Méditerranée dans le cadre de Union pour la méditerranée (UPM).

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS