Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie regroupent leurs achats de supercalculateurs

Ridha Loukil

Publié le

Dans le cadre du programme européen Horizon 2020, la France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie participent à une initiative visant à regrouper leurs achats de supercalculateurs pour la recherche. Un pas vers la construction de l’Europe du calcul intensif.

La France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie regroupent leurs achats de supercalculateurs
Le Très Grand Centre de Calcul au CEA
© GENCI

Quatre Etats européens s’unissent pour regrouper leurs futurs achats de supercalculateurs pré-exaflopiques : la France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie. L’initiative porte le nom PPI4HPC (Public Procurement of Innovative Solutions for High-Performance Computing) et est soutenue par la Commission européenne dans le cadre du programme européen de recherche et d’innovation Horizon 2020. Elle bénéficie d’un budget d'acquisition de moyens de calcul de 73 millions d’euros d'ici 2020, dont 26 millions de financement européen.

Des économies d'échelle

Coordonné par le Genci (Grand équipement national de calcul intensif), l’organisme public en charge de l’achat des moyens de calcul pour les centres de recherche et les universités en France, le projet implique trois autres acheteurs en Europe :  BSC en Espagne, CINECA en Italie et FZJ / JSC en Allemagne. L’objectif est de dégager des économies d’échelle en regroupant l’achat de certains composants.

L’initiative comporte des volets de veille technologique et de développement d’expertise technique pour commander aux constructeurs les configurations de machine les plus optimisées aux besoins des scientifiques et chercheurs. C’est à ce titre que la Commission européenne soutient le projet.

L'Europe à la traine

Le calcul intensif représente de gros enjeux scientifiques, technologiques et industriels. C’est pourquoi tous les grands pays sont engagés dans une course pour disposer de moyens toujours plus puissants. L’Europe reste à la traine. Dans le Top 10 des supercalculateurs les plus puissants de la planète recensés par le classement Top500 en juin 2017, elle ne détient qu’une seule machine (le Piz Daint en Suisse), contre cinq pour les Etats-Unis, deux pour la Chine et deux pour le Japon.

En France, le Genci a commandé à Atos un supercalculateur de 20 pétaflops, soit une capacité de calcul de 20 millions de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde. Il sera installé à partir de 2018 au TGCC (Très Grand Centre de Calcul) du CEA, à Bruyères-Le-Châtel. Les trois autres acheteurs européens partenaires, BSC en Espagne, CINECA en Italie et FZJ / JSC en Allemagne, sont engagés dans des projets similaires d'acquisition d’ici 2020. L’objectif est de les mener désormais dans le cadre de l’initiative PPI4HPC.

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • CEA à PARIS (75015)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus