La France et l’Australie ont signé l’accord portant sur l’achat de 12 sous-marins

La France et l'Australie ont signé l'accord inter-gouvernemental fixant les conditions de leur coopération sur la fabrication de 12 sous-marins par DCNS pour l'Australie. Cet accord porte principalement sur des questions de transfert de technologies.

Partager
La France et l’Australie ont signé l’accord portant sur l’achat de 12 sous-marins
Le montant du contrat n'a pas été précisé par les parties mais doit s'élever aux alentours de 34 milliards d'euros.

Enfin ! Annoncé lundi 19 décembre, après la signature du contrat entre DCNS et l'Autralie fin septembre, l’accord inter-gouvernemental portant sur la fabrication d’une flotte de 12 sous-marins Barracuda Shortfin par DCNS pour l’Australie a été signé entre les deux pays. Le montant du contrat n'a pas été précisé mais doit s'élever aux alentours de 34 milliards d'euros. Cet accord signé mardi fixe le cadre entre les Etats pour l'ensemble de la coopération pendant toute la période de la coopération bilatérale, soit une cinquantaine d'années.

Ainsi un transfert "des savoir-faire, des connaissances et des technologies de pointe au Gouvernement et à l’industrie australiens pour leur permettre d’atteindre et de soutenir une capacité sous-marine souveraine" est mis en place, explique un communiqué du ministère de la Défense sans préciser sur quoi porte exactement ce transfert de technologies.

"Cet accord constitue un jalon important dans l’approfondissement de notre relation bilatérale, notamment dans les domaines de la coopération opérationnelle entre nos deux marines ou ceux dans les investissements dans l’innovation et la technologie", s’est félicité le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

En effet, "l’accord reconnait l’importance d’optimiser l’implication de l’industrie australienne dans le programme des futurs sous-marins, incluant l’approfondissement des partenariats entre les fournisseurs de défense français et australiens. Cela entrainera en Australie de l’innovation, la création d’emplois et une dynamique de croissance", explique le communiqué.

Jusqu’à 3000 personnes travailleront sur ce projet en Australie

DCNS devrait compter une cinquantaine de collaborateurs à temps plein à Adélaïde, en Australie, dans les prochaines semaines et à terme entre 2000 et 3000 personnes travailleront sur ce programme en Australie, en prenant en compte les fournisseurs et l'intégration des systèmes de combat, a précisé Hervé Guillou, le PDG de DCNS.

Thales, qui détient 35% de DCNS, espère de son côté décrocher en 2017 un contrat de plus d'un milliard d'euros pour la fourniture des sonars et des équipements de communications des sous-marins.

L'Australie a annoncé fin septembre avoir choisi l'américain Lockheed Martin au détriment de Raytheon pour fournir les systèmes de combat eux-mêmes.

Pour DCNS, la prochaine étape sera le démarrage des études à l'automne 2017, en vue du début de la construction des sous-marins prévue au début des années 2020 pour une livraison anticipée autour de 2030.

Léna Corot avec Reuters

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Spécialiste Equipements Sous Pression Nucléaires en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Valence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

62 - Boulogne-sur-Mer

Démolition de bâtiments et de hangars à Capécure - Port de Commerce

DATE DE REPONSE 26/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS