"La France et l’Allemagne doivent être un moteur numérique"

A Berlin s’est tenue le 13 décembre la deuxième conférence franco-allemande sur l’économie numérique. Gouvernements allemand et français ont annoncé la création d’un fonds d’un milliard d’euros pour aider les start-up dans la transformation numérique.

Partager

Allemands et Français s’étaient promis de faire de la conférence franco-allemande sur l’économie numérique, dont la première avait eu lieu le 27 octobre 2015 à Paris, un rendez-vous annuel. Avec cette deuxième édition qui s’est tenue à Berlin le 13 décembre, la promesse semble sur les rails. Cette année, sous le titre "Accélérer ensemble la transformation digitale de nos économies", les start-ups étaient à l’honneur. Quel rôle peuvent-elles jouer dans cette révolution et comment faciliter leur montée en puissance ?

"Il ne faut pas que des idées et des entrepreneurs, il faut aussi des moyens pour les concrétiser", a ainsi insisté Michel Sapin, ministre de l’économie, en préambule de la conférence. C’est pourquoi les deux gouvernements se sont mis d’accord sur la création d’un fonds de soutien à la croissance des start-up numériques d’un volume d’un milliard d’euros. Peu de détails ont encore été avancés : il pourrait ainsi être financé par des fonds publics et/ou par des investisseurs privés. "En Allemagne comme en France, nous sommes bons pour créer des start-ups. Mais il nous manque le capital de croissance, quand elles veulent croître et partir à l’international. Il faut donc les aider à passer ces moments délicats", a ajouté Sigmar Gabriel, le ministre de l’économie allemand, à l’origine de cette initiative.

Pour améliorer la visibilité et la coordination de ces jeunes pousses, Angela Merkel a aussi appelé de ses vœux la création d’une organisation professionnelle, à l’image de ce qui se fait déjà dans l’industrie dite "traditionnelle". La Chancelière a également axé son discours sur la formation, initiale et continue. "Nous devons fournir aux jeunes une formation qui leur sera utile dans le futur", a-t-elle ajouté, estimant que la programmation devait devenir des savoirs de base, au même titre que la lecture, l’écriture ou le calcul.

"Rendre possible l'impossible"

"Il est également important d’associer davantage les start-up et les grands groupes, comme le fait la FrenchTech chez notre voisin", a estimé Matthias Machnig, secrétaire d’Etat allemand au Ministère fédéral de l’économie et de l’énergie. Dans ce domaine, la coopération entre la start-up spécialisée dans les capteurs Konux et la Deutsche Bahn, présentée lors de la conférence, est aussi inattendue qu’exemplaire : "depuis un an, nous travaillons sur ce thème de l’Infrastructure 4.0, a détaillé Andreas Kunze, le fondateur de Konux, à Munich. Nous ne nous attendions pas à ce qu’un gros client comme la DB s’ouvre à une start-up, mais ils nous ont réellement fait confiance".

Acteur de l’industrie "traditionnelle", ArcelorMittal a également expliqué ce que l’industrie lourde, comme la chimie, le raffinage ou l’acier, avait à gagner dans la numérisation de l’économie. "Cela permet de rendre l’impossible possible, a indiqué Philippe Darmayan, PDG d’ArcelorMittal France. L’exploitation avancée des données nous permet ainsi de faire de la maintenance prédictive, d’anticiper les problèmes de qualités, d’améliorer l’écoconception avec nos clients de l’automobile, de changer la relation entre clients et supply chain… ».

Car, pour les Allemands comme pour les Français, il est clair que ce qui se joue là, c’est le maintien du leadership de l’Europe face à la croissance des marchés américains et asiatiques. "La France et l’Allemagne doivent être un moteur numérique en Europe, a ainsi souligné le Président François Hollande. Il est également important de développer un cadre européen, avec un marché unique du numérique et la volonté de porter devant les instances européennes des régulations pour développer et sécuriser les usages du numérique et assurer la protection des données personnelles". Et de citer quelques progrès déjà réalisés sur le marché européens, notamment avec la fin du roaming de la téléphonie mobile en Europe ou de l’harmonisation des règles fiscales.

"Nos deux pays sont complémentaires et ont beaucoup à apprendre l’un de l’autre, souligne Jörg Bousselmi, directeur de la Chambre franco-allemande de commerce et d’industrie, venu assister aux échanges. Nous ne voyons pas l’Industrie du futur de la même manière : par exemple, en Allemagne, l’accent est mis sur la relation BtoB, en France davantage sur le BtoC". Rendez-vous est donc donné en 2017 pour continuer les échanges et chercher des convergences entre nos deux pays.


0 Commentaire

"La France et l’Allemagne doivent être un moteur numérique"

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

09 - DEPARTEMENT DE L'ARIEGE

Calibrage de l'accotement végétalisé sur la RD1 A

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS