International

La France doit s’inspirer de la qualité du Made in China

, , , ,

Publié le

Analyse Si, en Chine, les outils industriels sont taillés pour produire des biens de consommation de très mauvaise qualité, qui se détruisent vite, ils peuvent aussi fabriquer des biens de qualité équivalente ou bien supérieure à ce que l’on peut trouver en France.

La France doit s’inspirer de la qualité du Made in China © DR

Qui possède des outils industriels de qualité, qui possède du savoir faire en terme d’artisanat ? La Chine. C’est un choc pour toute personne qui reste un peu en Chine. Il découvre que les outils industriels sont taillés pour produire des biens de consommation de très mauvaise qualité, qui se détruisent vite, vous blessent à l’usage… et des biens de qualité équivalente ou bien supérieure à ce que l’on peut trouver en France.

On s’en aperçoit très vite pour le métier du textile. Ici, c’est le règne du personnalisé. En terme de produits premium, il existe aussi bien une offre très automatisée qu’une offre manuelle, les deux étant reliés à une interface web pour la partie vente. Dans le domaine, on peut aussi bien citer Moodbyme que Cotton society. Mais il ne faut pas limiter la Chine à cela.

Je discutais récemment avec le fondateur de L’Usine à lunettes et de son équivalent anglo-saxon Polette. Ce dernier a recréé un écosystème d’optique qui intègre le design, la fabrication des montures, mais aussi la découpe et l’adaptation des verres correcteurs. J’ai failli oublier l’interface de vente web, et des prix très "made in China" ancienne époque.

Mais ce qui touche le plus, c’est l’édition de livres. La France dispose d’un secteur de l’édition très étoffé, compte de nombreux amoureux de belles éditions en papier vélin dont les pages sont reliées avec des coutures. C'est le ce choc quand on discute avec des spécialistes, qui expliquent que la plupart des maisons d’édition passent depuis longtemps par des intermédiaires pour faire fabriquer ces beaux livres en Asie, et en particulier en Chine. Certains expliquent même qu’en Europe ne restent presque plus que des outils industriels adaptés à la production en masse de livres aux pages collées, et que le savoir faire n’est plus dans les mains que de quelques sexagénaires proches de la retraite.

C’est sûrement excessif, mais il est intéressant d’avoir un œil sur le concept promu par Pixalib. Celui-ci permet de faire de l’autoédition sur livre relié, que ce soit pour du texte ou des photos. Avec une expédition aussi rapide que si l’impression et la fabrication était faite en France. Ai-je parlé de son "frontal web" et de ses velléités de proposer une plate-forme de commerce électronique dédié à l’auto édition de qualité ? Ce qui est également impressionnant ici, c’est que l’outil industriel est adapté à tous les tests. C’est là-dessus que s’est basé le site de crowdfunding asiatique Fundator.

Quoi de mieux lorsque l’on a une idée de designer - objet d’art ou de consommation - que de pouvoir la peaufiner en quelques jours. Si les usines ne sont pas disponibles, il suffit d’aller traîner dans des quartiers traditionnels chinois pour trouver des artisans expérimentés, même si la finition n’est pas forcement au rendez-vous.

On peut espérer que le déséquilibre de savoir faire et d’équipement de production entre l’Asie et l’Europe puisse se réduire quelque peu, via des mouvements comme l’impression 3D, les"fablabs" ou encore les "hackable devices" (boutique en ligne proposant du hardware "open source", avec une dimension communautaire).

Renaud Edouard-Baraud, directeur général de L'Atelier BNP Paribas Asia

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

13/10/2013 - 18h24 -

Ah, mais élaboré ne veut pas dire fabriqué ..! C'est subtil, mais légal :)
Pour ce qui est des savoirs faire , je me souviens il y a près de 20 ans mes clients tapissiers dans la Province Française me racontaient comment ils étaient visités par des hommes d'affaires Chinois qui leur proposaient des petits ponts en or afin d'aller en Chine partager leur savoir- faire, certains ont accepté, d'autres ont résisté...
Répondre au commentaire
Nom profil

02/10/2013 - 16h57 -

Pendant ce temps sur le site de Pixalib, écrit en première page : "Élaboré avec amour en France". Lequel de vous 2 à raison ou plutôt lequel de vous 2 se trompe/trompe ses clients ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte