La France disposera de ses "grandes oreilles" en 2020

Si tout va bien, la France disposera à nouveau de "grandes oreilles" capables de détecter toutes les liaisons électromagnétiques sur un territoire donné. Une fusée Soyouz opérée depuis la base de Kourou, en Guyane, va mettre en orbite le 16 décembre prochain quatre petits satellites Elisa, prélude à l'établissement d'un vrai système d'écoute électromagnétique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La France disposera de ses

Fabriqués par Astrium (EADS), ces "grandes oreilles" spatiales ne sont pas plus grosses qu'une machine à laver. Leur charge utile - les capteurs - et le segment sol, ont été conçus et produits par la filiale de Thales spécialisée dans la guerre électronique, Thales Systèmes Aéroportés.

"Ces satellites vont nous permettre de détecter et de cartographier la totalité de l'activité électromagnétique, c'est-à-dire toute forme de communication ou d'émission. Et surtout, on pourra analyser l'évolution de ces émissions", explique le général Yves Arnaud, le patron du commandement interarmées Espace à l'Etat-major. Une brusque augmentation des émissions dans une zone donnée - d'Afghanistan par exemple - peut être analysée comme un signe de menace imminente. Autre avantage, cette mission est par nature discrète puisque sans intrusion dans l'espace aérien.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Il était toutefois temps que la France relance son programme d'écoute électromagnétique. Fin 2004, un premier démonstrateur baptisé Essaim avait été lancé. Mais il a été désorbité fin 2009. La France ne disposait donc plus de moyens notamment lors de l'opération Harmattan en Libye.

Théoriquement, les satellites Elisa, dont le coût atteint 110 millions d'euros, ont une durée de vie de quatre à cinq ans, soit jusqu'en 2015 ou 2016 dans le meilleur des cas. Nous aurons donc encore un trou capacitaire d'au moins trois ans, car le véritable système d'écoute électromagnétique, le programme Ceres, ne sera opérationnel au mieux qu'en 2019.

Réjouissons-nous toutefois : quand Ceres fonctionnera, la France fera partie du petit club de pays disposant de ce type de moyens, qui compte à l'heure actuelle les Etats-Unis, la Russie et la Chine.

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS