Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

LA FRANCE DE L'INDUSTRIELimousinUNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE PMI INNOVANTESLa vitalité des petites entreprises porte l'économie. Le courant passe bien entre la recherche universitaire et les applications industrielles. Le mariage annoncé de Legrand avec Schneider suscite interrogations et inquiétudes.

Publié le

LA FRANCE DE L'INDUSTRIE

Limousin

UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE PMI INNOVANTES

La vitalité des petites entreprises porte l'économie. Le courant passe bien entre la recherche universitaire et les applications industrielles. Le mariage annoncé de Legrand avec Schneider suscite interrogations et inquiétudes.

L'INVESTISSEMENT INDUSTRIEL

48 projets annoncés ou achevés entre le deuxième trimestre de 2000 et le premier de 2001, soit 2,68 % du total France.

1,914 milliard de francs investis dans ces programmes, soit 0,75 % du total France.

845 emplois envisagés à terme, soit 1 % du total France.

Contrairement à l'image que l'on peut en avoir, le Limousin n'est pas une région sous-industrialisée. Sa singularité réside simplement dans une industrie composée d'une multitude de PMI. Les entreprises de plus de 500 salariés sont très peu présentes, et en régression : de onze il y a vingt ans, on en compte six aujourd'hui. Ce sont donc les petites unités qui assurent le mouvement de reprise amorcé voilà deux ans. Elles suscitent un flux continu d'investissements, peu visibles, mais très porteurs en créations d'emplois et en valeur ajoutée. Car ces PMI changent de nature : elles évoluent vers les nouvelles technologies. Michel Colmenero-Cruz, à la fois patron de la Drire et de l'antenne régionale de l'Anvar, parle même d'une " floraison d'entreprises nouvelles " autour de trois filières : les biotechnologies, les techniques céramiques et traitements de surface ; les micro-ondes et télécommunications. Le cas est même fréquent, dans ces trois filières, de chercheurs, d'étudiants en fin de cursus ou de doctorants de la Faculté des sciences qui se lancent dans l'aventure industrielle. Ils trouvent localement le faisceau d'appuis et les montages qui leur permettent de mettre sur orbite leur projet d'entreprises. " Cela peut être très rapide ", constate Stéphane Sermadiras, créateur, l'an dernier, à sa sortie de la Faculté des sciences, doctorat en poche, de l'entreprise Mêtis Biotechnologies.

Le poids de l'université

Les traitements de surface, qui prolongent et diversifient, bien loin de ses origines, la tradition céramique de Limoges, ont également généré, à partir des laboratoires de l'Université, de créations de jeunes pousses innovantes. Cerlase (5 emplois) imprime au laser des surfaces céramiques et travaille des machines prototypes dans l'interaction laser-matière ; Matériels et implants du Limousin (MIL, 35 emplois) est spécialisé dans les prothèses chirurgicales ; la Sorevi (Société de revêtements sous vide, 45 emplois) traite les surfaces de pièces automobiles soumises à des frottements particulièrement intenses, et Bat-Graphics (5 emplois) travaille la photogravure sur supports céramiques... Les micro-ondes et télécommunications, quant à elles, sont plutôt concentrées dans le bassin corrézien de Brive, en réseau autour du Centre de recherches en électromagnétisme de puissance hyperfréquence et impulsionnel (Crephi). ATMH (Atelier tôlerie méca- nique hyperfréquence, 80 emplois) produit des composants et des ensembles complets ; Europulse (6 emplois) et Prana (16 emplois) des générateurs d'impulsion haute tension. Cette génération d'entrepreneurs contribue à atténuer les effets, en termes d'emplois, du retrait progressif, partiel ou total, depuis deux décennies, des groupes français ou étrangers de la région, Cogema, Giat Industries, Philips et Pechiney en tête. Toutefois, Renault V. I., passé dans le giron du suédois Volvo, après être progressivement descendu de 2 500 à 700 emplois, lance aujourd'hui de nouveaux projets à Limoges. Reste la question de Legrand qui continue d'investir..., encore que son mariage (reporté, mais pas annulé !) avec Schneider n'est pas sans susciter des inquiétudes régionales.



Les indicateurs clés

Superficie 16 942 kilomètres carrés, soit 3,11 % du territoire national.

Population (recensement de 1999) 710 939 habitants, soit 1,21 % de la population française.

Budget régional 2001 1,38 milliards de francs, dont 8,7 % sont consacrés à l'action économique.

Industrie Part des effectifs salariés au 31 décembre 1999 29,72 %.

Autonomie Part des effectifs de l'industrie manufacturière dépendant d'un siège social dans la région en 1999 70,7 %.

Chômage Moyenne 2000 6,9 % Taux au 1er trimestre 2001 6,3 %

Sources : INSEE, DATAR, UNEDIC, SESSI/SCEES et DARES/Ministère de l'emploi et de la solidarité



HUIT INVESTISSEMENTS MARQUANTS

1 LIMOUSIN

Matériaux-Bois-Papier

Structuration de la filière

Sur toute la région

Les effets toujours visibles de la tempête de décembre 1999 ont montré les faiblesses structurelles d'une filière sur laquelle le Limousin prévoyait son développement. Depuis, de nombreux projets et investissements ont émergé. La SNCF met la dernière main à ses " gares-bois " (13,8 millions de francs d'investissements au total) ; Dalkia porte un projet de centrale électrique (investissement non encore chiffré) qui pourrait générer 120 emplois ; le Syma (Syndicat mixte de l'autoroute A89, qui fédère les collectivités territoriales et consulaires) étudie l'implantation d'une aire de stockage du bois avec aspersion ; et le Centre interrégional du bois (formation, études, aide à l'implantation d'entreprises) est en cours de création, pour 250 millions de francs, à Tulle. Au total, l'injection de plus de 300 millions de francs devrait s'étaler sur cinq ans.

2000-2004



2 MÊTIS BIOTECHNOLOGIES (France)

Chimie-pharmacie

De l'Université à l'entreprise

Limoges (87)

Lancée par quatre jeunes docteurs en biologie de la Faculté des sciences voilà un an, ce laboratoire travaille sur les analyses bactériologiques par cytométrie en flux pour l'agroalimentaire et la cosmétique. Installée sur la pépinière d'entreprises du technopôle, avec un investissement de départ de 7 millions de francs, elle a créé en quelques mois neuf emplois, et prévoit pour l'horizon 2002 un effectif de 30 collaborateurs.

2002



3 SOTHYS (France)

Chimie-pharmacie

Après l'acquisition, le regroupement

Brive-la-Gaillarde (19).

L'acquisition, par cette société, des produits de beauté de la marque bordelaise Simone Malher entraînera le regroupement des fabrications dans l'unité de production de Meyssac de Sothys, en Corrèze (pour 35 millions de francs), l'agrandissement en cours du siège social à Brive (10 millions) et la réalisation d'une plate-forme logistique au carrefour des autoroutes A20 et A89 (13 millions). Un programme de 58 millions de francs au total, créateur de 30 emplois, pour cette société qui réalise 65 % de son chiffre d'affaire à l'export.

2002



4 RENAULT V. I. (Volvo, Suède)

Automobile

Triple redéploiement

Limoges (87)

En baisse constante d'effectifs depuis une décennie, l'unité de Limoges de Renault V. I., dont Volvo est aujourd'hui le décideur principal, inverse la courbe par un redéploiement en trois unités spécialisées sur ses points forts industriels : échanges standards des éléments mécaniques de poids lourds, maintenance militaire et fabrication de pièces en petites séries (véhicules spécialisés, chars, métros, etc.). Cette restructuration, d'un coût de 100 millions de francs, doit créer 85 emplois et réduire la proportion d'intérimaires, au nombre de 300 sur le site, pour 700 emplois fixes.

2001-2002



5 TRANSCOM (Kinnevik, Suède)

Télécommunications

A la recherche d'un personnel fidèle

Favars (19)

Cette entreprise de services et de démarchage téléphonique cherche à s'implanter en milieu rural, principalement pour tenter de réduire le turnover de son personnel et de réduire ses coûts de formation, qui sont très importants (30 000 francs par embauche). Le bassin d'emploi de Tulle, sinistré par le départ de ses industries d'armement, se caractérise par une demande d'emploi très élevée. L'investissement, 40 millions de francs, concerne la construction des bâtiments (25 millions) et l'équipement de 200 positions. Totalement opérationnelle, l'entreprise pourrait monter à 550 postes.

2001-2002



6 DAGARD (Paribas, France)

Agroalimentaire

La technologie des salles blanches

Boussac (23)

Spécialiste chevronné des chambres froides pour l'agroalimentaire, l'entreprise est de plus en plus sollicitée par une demande nouvelle, les salles blanches, enceintes étanches, à l'abri des poussières, pour la pharmacie et l'électronique. L'accroissement de cette demande la conduit à investir dans un bâtiment de 3 200 mètres carrés (8 millions de francs) et des machines de production d'un nouveau type de panneaux isolants (2 millions de francs).

Mise en service en octobre 2001



7 FABRÈGUE (France)

Imprimerie-Presse-Edition

Retour au secteur concurrentiel

Saint-Yrieix-la-Perche (87)

Avec une nouvelle chaîne d'impression, d'un montant de 50 millions de francs (70 % pour la rotative, 30 % pour l'immobilier), l'entreprise consolide son redéploiement, d'une production protégée au marché concurrentiel. Naguère imprimerie des mairies (livrets de famille, fiches d'état-civil, etc.) et de la Sécurité sociale (formulaires maladie), elle a vu s'amenuiser ces marchés du fait des simplifications administratives et de l'ouverture à la concurrence. La part de ces commandes publiques est tombée de 90 % dans les années 80 à moins de 20 % aujourd'hui. Il lui a donc fallu se tailler une place dans une activité de dure concurrence européenne.

2001



8 SOCIÉTÉ DES FONDERIES D'USSEL (Pechiney, France)

Métallurgie-Sidérurgie

Le pari de l'aventure Airbus

Ussel (19)

Partenaire de l'industrie aéronautique et des constructions ferroviaires, l'entreprise est portée par l'essor de la demande TGV, programmes Airbus, Falcone, etc., et a créé 70 emplois en un an. Après la mise en service d'un robot d'ébarbage et d'une cabine de radioscopie, elle prépare la fabrication de grandes pièces de fonderie après un investissement de 33 millions de francs.

2001-début 2003



Les points noirs

Cessation des deux dernières activités minières du Limousin. La Société des mines de Jouac (SMJ, filiale de la Cogema), à la limite des régions Centre et Poitou-Charentes, arrête ses activités fin juillet. De même, la Société des mines du Bourneix (autre filiale de la Cogema) interrompt l'exploitation de la dernière mine d'or française. Ce sont au total plus de 300 emplois directs et indirects qui disparaissent.



Le projet de boucle numérique à haut débit prend du retard. Ce projet, porté par le conseil régional, doit permettre de relier divers bassins d'emploi et les connecter aux " autoroutes de l'information " européennes. Il nécessite un investissement de 350 millions de francs, dont 200 millions revenant aux instances publiques (moitié en crédits européens, moitié pour les collectivités territoriales) et 150 millions pour le secteur privé. Sa mise en chantier est subordonnée à la création d'un syndicat mixte qui peine à se constituer. Les élections municipales n'ont rien arrangé..., et le Limousin craint de subir, après les enclavements routier et ferroviaire, un enclavement " virtuel ".



La Bonneterie d'Ussel (19), filiale du groupe toulousain Rouleau-Guichard spécialisée dans la fabrication de tee-shirts, ferme ses portes et licencie ses seize derniers salariés. C'est la fin d'une longue agonie pour une entreprise qui, voilà dix ans, alors dans le groupe Dim, comptait 120 emplois. Et un coup de plus à la filière textile régionale, qui, en un quart de siècle, a perdu les trois quarts de ses effectifs.



Ils investissent aussi

AGROALIMENTAIRE

BLÉDINA (DANONE, FRANCE)

30 millions de francs

Brive-la-Gaillarde (19)

Spécialisée dans les préparations alimentaires pour la prime enfance, cette unité investit régulièrement pour des exigences sanitaires de plus en plus drastiques.

2001



COOPLIM (FRANCE)

34 millions de francs

Saint-Aulaire (19)

L'accession à l'AOC (appellation d'origine contrôlée) de la pomme du Limousin entraîne, pour cette coopérative de collecte, de conservation frigorifique et de conditionnement, qui traite 55 000 tonnes par an, une augmentation de capacité de 6 000 tonnes.

2001



ERREL (FRANCE)

5 millions de francs

Limoges (87)

Cette entreprise de torréfaction de café et de traitement du thé investit dans le conditionnement pour entrer sur le marché de la grande distribution.

2001



MADRANGE (FRANCE)

10 millions de francs

Feytiat (87)

Leader européen pour le jambon blanc, l'entreprise investit régulièrement pour la maîtrise des exigences sanitaires et la gestion des rejets organiques.



PONTHIER (FRANCE)

15 millions de francs

Objat (19)

Finalisation d'un programme triennal de transformation et de conditionnement des fruits pour traiteurs et grandes surfaces.

2001



AMEUBLEMENT

BLOCFER (FRANCE)

10 millions de francs

Argentat (19)

Le désengagement du groupe néerlandais Polynorm a été compensé par l'apport de capitaux étrangers. Nouveaux produits en huisserie métallique et portes spécialisées.

2001-2003

50 emplois



MEILLOR (FREUDENBERG, FRANCE)

8 millions de francs

Nantiat (87)

Amélioration des lignes de production de joints d'automobile (70 %). Investissements annexes : 12 % pour l'immobilier, 10 % pour la recherche-développement, 8 % pour les contraintes environnementales.

2001



OZOO (EPI, FRANCE)

40 millions de francs

La Courtine (23)

Extension des capacités de stockage pour le mobilier de bureau et de magasin à 10 000 mètres carrés et, également, la gestion des déchets en interne.

2001-2003

60 emplois



SAUTHON (FRANCE)

20 millions de francs

Guéret (23)

Nouvelles capacités de fabrication pour des séries destinées à la grande distribution chez ce spécialiste dans le mobilier pour chambres d'enfants.

2003



SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE AVERNOISE (FRANCE)

7,6 millions de francs

Auzances (23)

Délocalisation en Creuse de cette société auvergnate de fabrication de mobilier pour collectivités et hôtellerie. Investissement immobilier.

2001

10 emplois



SOREVI (FRANCE)

4 millions de francs

Limoges (87)

Née des recherches des laboratoires céramiques de l'Université de Limoges, cette PME, spécialisée dans les traitements de surface par revêtement sous vide, travaille un nouveau processus de dépôt de carbone amorphe sur pièces de frottement.

2001



STYL'PARQUET (FRANCE)

50 millions de francs

Guéret (23)

Après un retard dû à la défection du groupe Balsan, le projet de création d'une production de parquets préfabriqués est relancé, avec un montage financier régional.

2002

80 emplois



AUTOMOBILE

E MÉGA INDUSTRIES (FRANCE)

8,5 millions de francs

Naves (19)

Entreprise nouvellement créée, en 1999, de conception et de construction de machines agricoles spécialisées.

2002



CHIMIE-PHARMACIE

EVAUX DERMATOLOGIE (FRANCE)

5 millions de francs

Evaux-les-Bains (23)

Après un faux départ, en 2000, dans la constitution du capital, le projet de l'entreprise de valorisation pharmaceutique et cosmétique des eaux de la station thermale est relancé.

2002

20 emplois



PIERRE FABRE SANTÉ (BIOMÉRIEUX-PIERRE FABRE, FRANCE)

10 millions de francs

Ussel (19)

Finalisation d'un investissement pluriannuel pour un centre de diffusion de médicaments.

2001



ELECTRIQUE-ELECTRONIQUE

CILAS/CIE INDUSTRIELLE DES LASERS (EADS, FRANCE)

15 millions de francs

Saint-Setiers (19)

Centre pour l'expérimentation des systèmes de guidage optélectroniques.

2001-2004

30 emplois



GÉNÉRALE ÉLECTRONIQUE DE BRIVE (GEB) (A NOVO, FRANCE)

6 millions de francs

Cosnac (19)

Spécialisée dans la maintenance et la réparation de la téléphonie mobile, cette entreprise a connu un essor rapide. Pour maintenir son rythme de progression, elle investit régulièrement quelque 6 millions de francs par an.

2001



LEGRAND (FRANCE)

270 millions de francs

Limoges (87)

Industrialisation de nouveaux produits (40 %), équipements (37 %), bâtiment (20 %), logistique et informatique.

2001



MAKALIS (FRANCE)

7 millions de francs

Limoges (87)

Entreprise en cours de création. Mise en circulation d'un logiciel de gestion des microcoupures dans les réseaux de téléphonie mobile.

2001-2002



ENVIRONNEMENT

APROVAL (FRANCE)

34 millions de francs

Limoges (87)

Déchetterie industrielle. Rebuts banals, spéciaux, toxiques (piles, batteries...), construction d'une annexe pour déchets de chantier de B-TP.

2001



SVE-ONYX (SOCCOIM, FRANCE)

9,5 millions de francs

Limoges (87)

Traitement des déchets industriels banals, 40 000 tonnes par an. Centre de tri mécanisé, déchetterie.

2001



IMPRIMERIE-PRESSE-EDITION

DISA (FRANCE)

7 millions de francs

Limoges (87)

Marquage sur plastique, décalcomanies et transferts, applications industrielles. Machines d'impression et de découpe (70 %), informatique (30 %), assistance par ordinateurs. Gros contrat avec la Française des jeux.

2000



EUROTUBE (ORFIX, ALLEMAGNE)

10 millions de francs

Meymac (19)

Spécialisée dans le conditionnement des monnaies, pièces et billets, l'entreprise est portée par la préparation du passage à l'euro. Agrandissement des locaux, machines à imprimer.

2001-2003



HUGUES NICOLLET (SCA, SUÈDE)

18 millions de francs

Rochechouart (87)

Machine à imprimer le papier-carton d'emballage.

2001



LAVAUZELLE-GRAPHIC (FRANCE)

10 millions de francs

Panazol (87)

Nouveaux matériels pour gains de productivité.

2002



MAUGEIN (FRANCE)

20 millions de francs

Tulle (19)

Spécialisation en impression dec grandes dimensions. Nouveau matériel digital.

2001



MATÉRIAUX-BOIS-PAPIER

ALMA CONCEPT (FRANCE)

6,5 millions de francs

Aixe-sur-Vienne (87)

Bâtiment pour l'extension de l'activité de plasturgie.

2001-2003



EUROCOUSTIC (SAINT-GOBAIN, FRANCE)

100 millions de francs

Genouillac (23)

Fin d'un programme biennal pour la modernisation de la production de la laine de roche, mise au point de nouveaux produits.

2001

50 emplois



INTERNATIONAL PAPER (ETATS-UNIS)

200 millions de francs

Saillat-sur-Vienne (87)

Chaîne de production de papier bureautique.

Juin 2001



ISOROY (TAFISA, PORTUGAL)

12 millions de francs

Ussel (19)

Ligne de production de panneaux de particules stratifiées.

2001



MULTICORE (TEXTINAP, FRANCE)

10 millions de francs

Champsac (87)

Usine de teillage de lin pour matériaux composites.

2001-2002



PAPETERIES DU LIMOUSIN (SMURFIT, IRLANDE)

180 millions de francs

Saint-Junien (87)

Finalisation d'un investissement pluriannuel pour des centrales de cogénération.

2001



PORCELAINES DE LA FABRIQUE (ERCUIS, FRANCE)

5,5 millions de francs

Saint-Brice-sur-Vienne (87)

Nouveaux procédés de coulage en porcelaine blanche.

2001



MÉCANIQUE-EQUIPEMENT DE PRODUCTION

DITO-SAMA (ELECTROLUX, SUÈDE)

40 millions de francs

Aubusson (23)

Spécialiste des machines pour l'agroalimentaire, l'entreprise a terminé son installation dans des locaux neufs, et met en route de nouveaux équipements.

2001



MÉCALIM (DMI, FRANCE)

15 millions de francs

Brive-la-Gaillarde (19)

Programme de maintenance et de réparation pour l'aéronautique civile pour cette entreprise de mécanique générale.

2002

40 emplois



MÉTALLURGIE-SIDÉRURGIE

VALDI (TREDI ET AFE-MÉTAL, FRANCE)

90 millions de francs

Le Palais-sur-Vienne (87)

Reprise du site Pechiney d'électrolyse du cuivre par deux sociétés spécialisées, Tredi (recyclage des métaux) et AFE Métal (aciers spéciaux). Autorisation d'exploitation obtenue au printemps de 2001.

2001-2004

60 emplois



TÉLÉCOMMUNICATIONS

GÉNÉRALE DE TÉLÉSERVICES/GTS (FRANCE)

6 millions de francs

Tulle (19)

Télédémarchage spécialisé dans l'assurance santé. Aménagement d'un bâtiment libéré par le Giat.

2001-2003

100 emplois sur trois ans



TEXTILE-CUIR-HABILLEMENT

LE TANNEUR ET CIE (LVMH, FRANCE)

10 millions de francs

Bort-les-Orgues (19)

Renforcement de la capacité de production en maroquinerie.

2001

30 emplois



TRANSPORT-DISTRIBUTION- LOGISTIQUE

DILISCO (FRANCE)

6,9 millions de francs

Chéniers (23)

Centre de diffusion de livres. Extension des capacités de stockage.

2001

6 emplois



NORBERT DENTRESSANGLE (FRANCE)

7 millions de francs

Ussac (19)

Plate-forme de transport poids lourds au futur croisement des autoroutes A20 et 89. Entrepôt de 1 000 mètres carrés.

2001

65 emplois

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle