Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La France confie à Atos la construction de son supercalculateur le plus puissant

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Le GENCI, la structure publique d’équipement en moyens de calcul, commande à Atos un supercalculateur de 20 petaflops, le plus puissant en France. Installé au CEA, il sera ouvert aux chercheurs académiques, gros industriels, PME et start-up pour des travaux avancés de simulation numérique.

La France confie à Atos la construction de son supercalculateur le plus puissant
Supercalculateur Marie au TGCC
© GENCI

La France accélère sa course dans le calcul intensif. Le GENCI (Grand Equipement National de Calcul Intensif), société publique détenue par l’Etat, le CEA, le CNRS et l’Inria, lance le chantier d’un nouveau supercalculateur pétaflopique. Sa construction a été confiée à Bull du groupe Atos.

Mise en service en 2018 avec 9 petaflops

Cette machine sera installée au TGCC (Très Grand Centre de Calcul) au CEA, à Bruyères-Le-Chatel. Lors de sa mise en service au début de 2018, elle offrira une puissance de calcul de 9 petaflops, soit 9 millions de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde, quatre fois et demi celle de la machine Curie signée Bull et disponible aujourd’hui. Cette première phase représente un investissement de 24 millions d’euros. Une extension est prévue ensuite pour porter la puissance à 20 petaflops en 2019.

Le recours à la simulation numérique par calcul intensif s’impose comme une nécessité dans la recherche académique mais aussi dans la recherche appliquée dans des secteurs industriels comme l’automobile, l’aéronautique, l’énergie ou la pharmacie. Pour franchir une nouvelle étape, les chercheurs ont besoin d’accéder à des capacités de calcul toujours plus grandes. C’est pourquoi tous les grands pays, des Etats-Unis à la France, en passant par la Chine, le Japon, l’Allemagne ou le Royaume-Uni, se livrent à une course pour accroitre leurs moyens dans ce domaine.

Travaux de simulations extrêmes

Créé en 2007, le GENCI œuvre pour placer la France à la pointe dans le calcul intensif et encourager le recours à la simulation numérique, un outil stratégique de l’innovation et de la compétitivité économique. Le TGCC met ses moyens à la disposition du monde académique mais aussi des grands industriels, PME et start-up. Le nouvel équipement sera dédié aux travaux de simulations extrêmes dans les domaines les plus gourmands en calcul tel que l’intelligence artificielle, l’apprentissage statistique profond (deep learning), la climatologie, la combustion, l’astrophysique, la physique des plasmas et les sciences des matériaux.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus