Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La France, bientôt 3e pays européen pour le m-commerce

, ,

Publié le

Selon le cabinet Forrester Research, le m-commerce en France devrait générer 3,1 milliards d'euros en 2017. Pour les experts du secteur, les consommateurs français sont prêts à payer depuis un mobile, mais ils doivent être rassurés sur la sécurité des transactions. Par ailleurs, les entreprises doivent plus communiquer sur les avantages de ce nouveau moyen de paiement.

La France, bientôt 3e pays européen pour le m-commerce © D.R. - RIM

Les entreprises citées

Le commerce depuis un mobile est promis à un bel avenir en Europe, où le marché des smartphones est l'un des plus dynamiques au monde. La France devrait particulièrement tirer son épingle du jeu en étant dans le trio de tête des pays moteurs du m-commerce. Telles sont les principales conclusions d'une récente étude de Forrester Research, menée sur 14 pays et auprès de 14 000 consommateurs européens.

Selon le cabinet américain, le chiffre d’affaires cumulé des acteurs du m-commerce devrait passer de 1,4 milliard d’euros en 2011, à 19,2 milliards à l’horizon 2017.  Dans six ans, le commerce depuis un mobile devait représenter environ 6,8% du volume total des ventes sur le web, contre 1% actuellement. Cette forte croissance s'explique mécaniquement par l'augmentation du nombre d'acheteurs qui devrait passer de 7,6 millions en 2011 à quelque 79 millions en 2017, soit alors 45% de la population disposant d'un smartphone.

"Les catégories telles que les livres, les DVD, la musique et les tickets de concerts, faciles à commercialiser depuis une application mobile, vont augmenter plus rapidement grâce à l’immédiateté d’accès et à la géolocalisation", précise Forrester.

Le m-commerce devrait dépasser le milliard d'euros en France dès 2012

D'après Forreste, la France est en troisième position des pays les plus prometteurs avec un chiffre d'affaires attendu de 3,1 milliards d'euros en 2017, juste derrière l'Allemagne (4,1 milliards) et le Royaume Uni  (6,1 milliards). L'étude du cabinet américain fait échos à une récente enquête hexagonale (http://benchmail.benchmark.fr/magazine/numero_10225634.html) réalisée par CCM Benchmark et CSA Consulting. En juin dernier, les deux cabinets de conseil concluaient que le commerce depuis un mobile devrait dépasser la barre symbolique du milliard d'euros en France dès 2012.

Parmi les meilleurs leviers pour accélérer l'adoption du m-paiement dans l'Hexagone : la sécurisation des transactions mobile. L'étude révèle ainsi que : "83% des Français sont prêts à adopter l'achat depuis un mobile, à la condition première que le niveau de sécurité garantisse la protection de leurs coordonnées bancaires". Les services de m-commerce doivent donc s'associer aux banques et autres instituts financiers, pour rassurer les consommateurs.

"Les banques, les émetteurs de cartes bancaires ou encore l'association de banques avec un opérateur télécom sont les acteurs les plus légitimes pour proposer des solutions de paiement sur mobile selon les Français interrogés", indique l'étude.

Quels avantages pour les consommateurs et les marques ?

Le deuxième levier pour booster le m-commerce en France est de "créer un avantage pour payer avec le mobile". Ainsi : 53 % des Français interrogés seraient prêts à utiliser le mobile comme moyen de paiement "s'ils ont un avantage à utiliser le mobile plutôt qu'un autre moyen de paiement". Mais pour l'instant, rien ne leur saute réellement aux yeux, estime l'étude. Il faut donc communiquer encore plus sur les possibilités du m-commerce.

Parmi les principaux avantages régulièrement mis en avant par les acteurs du secteur : le consommateur peut réaliser ses achats où il veut et quand il veut (support nomade)- le mobile peut stocker directement les tickets et servir de support billettique (tickets de transports, de concerts, etc.) - le moyen de paiement ne quitte jamais les mains du consommateur (contrairement à la carte de crédit qui est parfois emmenée par le commerçant)  – le délai d'opposition est plus court que sur une carte de crédit (l’opérateur mobile peut très facilement bloquer le téléphone à distance).

Et pour les commerçants, le paiement par mobile est censé favoriser une plus grande proximité avec les marques. "Nos études soulignent des inflexions majeures dans les comportements des consommateurs notamment en termes de fidélité à une marque ou à une enseigne. Le mobile est en passe de devenir le maillon le plus légitime pour les nouveaux programmes de fidélité. C'est surtout le seul média en permanence dans la poche du consommateur ", conclut Gilles Blanc, directeur d'études chez CCM Benchmark et co-auteur du rapport.

Cette étude est basée sur plus d'une vingtaine d'entretiens qualitatifs avec des professionnels et experts du m-paiement, ainsi qu'auprès de 1 396 consommateurs représentatifs de la population française équipée de téléphones mobiles.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle