Electronique

La France autorisera-t-elle le chinois Tsinghua à croquer Linxens, notre spécialiste des composants de cartes à puces?

Ridha Loukil

Publié le

Le groupe chinois Tsinghua Unigroup serait en pourparlers pour racheter Linxens, spécialiste français des antennes et microconnecteurs pour cartes à puce. Il serait prêt à débourser 2,2 milliards d’euros pour conclure la transaction. Mais le gouvernement français laisserait-il l'opération se faire?

La France autorisera-t-elle le chinois Tsinghua à croquer Linxens, notre spécialiste des composants de cartes à puces?
Microconnecteurs souples pour cartes à puces, l'une des spécialité du français Linxens
© Linxens

Selon Boomberg, le groupe chinois Tsinghua Unigroup serait en pourparlers avancés pour racheter le fournisseur français de composants passifs souples Linxens. Il serait prêt à mettre 2,2 milliards d’euros sur la table pour conclure la transaction.

Fondée en 1975, Linxens se spécialise dans les antennes et microconnecteurs souples pour cartes à puce ainsi que dans les étiquettes RFID. La société, dont le siège social se situe à Mantes-la-Jolie, dans  les Yvelines, compte 3 000 personnes et affiche un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros. Depuis 2015, elle est détenue par le fonds d’investissement CVC Capital Partners.

Un empire industriel

Contrôlé à 51% de son capital par des fonds publics, Tsinghua Unigroup se présente comme le fer de lance du plan national de développement de la Chine dans numérique, depuis les puces électroniques jusqu’aux services de cloud computing, en passant par les équipements de datacenters. A coup d’acquisitions aux Etats-Unis et en Chine, le groupe s’est construit un empire industriel avec notamment Unigroup Spreadtrum RDA dans les puces pour mobiles et Internet des objets, Unigroup Guoxin Microelectronics Co dans les circuits pour cartes à puces, Unisplendour dans les équipements de datacenter et UniCloud dans le cloud public d’infrastructure.

Le groupe s’est fait remarquer par son appétit d’ogre en voulant racheter le fleuron américain des mémoires Micron Technology, investir dans le coréen SK Hynix ou encore entrer dans le capital du numéro un mondial du stockage de données Western Digital. Mais dans sa volonté d’acquisitions, il s’est heurté au véto américain.

Quelle attitude du gouvernement français?

Le rachat de Linxens serait un bon complément à sa société Unigroup Guoxin Microelectronics Co dans les cartes à puces. Bloomberg s’interroge sur l’attitude qu’auraient la Commission européenne et le gouvernement français si la transaction devait être conclue. Linxens opère non pas dans les semi-conducteurs, un domaine jugé très sensible, mais dans des composants passifs considérés comme moins critiques. Mais ses composants se retrouvent dans des applications régaliennes comme les passeports, les cartes d’identité et les autres documents électroniques. Une présence qui serait un motif de veto aux Etats-Unis. Mais la France n’a pas une telle culture du protectionnisme. Du moins jusqu'ici. Cette opération va-t-elle amener Paris à changer d'attitude et prendre exemple sur Washington? A voir.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

28/07/2018 - 00h10 -

Rien à voir avec du protectionnisme primaire. Il s'agit ici de défendre des intérêts stratégiques comme le font d'abord les chinois, les anglais, les japonais, les allemands encore cette semaine. Et donc bien sûr les chinois, qui eux ne laissent en aucun cas des investisseurs étrangers prendre le total contrôle d'entreprises hautement stratégiques comme ici même! La France est totalement à la traine. Des composants qui finissent dans du matériel hautement sensible, comme les satellites, les avions, les missiles, etc. C'est finalement l'Europe qui peut sauver cette affaire mal engagée pour les intérêts français.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte