Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La France apparemment épargnée par le plan stratégique d’Areva

,

Publié le

A l’issue de leur rencontre le 22 novembre avec Luc Oursel, patron du groupe nucléaire français, les ministres de l’Industrie, Eric Besson, et de l’Economie, François Baroin ont obtenu qu’il n’y ait en France aucune suppression de postes, ni d’emplois dans le cadre du plan stratégique.

La France apparemment épargnée par le plan stratégique d’Areva © REA

François Baroin, ministre de l’Economie, l’a répété toute la journée. "L’Etat n’acceptera aucun impact de la crise sur l’emploi dans les entreprises dont il est actionnaire. Même en termes de conséquences du ralentissement de l'activité économique internationale et singulièrement nationale". Un message que le groupe Areva a dû entendre. 

En effet, au cours d'une rencontre avec Luc Oursel, le PDG et successeur d’Anne Lauvergeon à la tête de l'entreprise, François Baroin assure qu'Areva a donné son engagement au gouvernement. Il n’y aura donc "aucune suppression de postes, aucun plan de départs volontaires, aucun impact sur les sites français", selon les propos rapportés par François Baroin.

"Une fuite erronée"

La rencontre entre les trois hommes fait suite à la révélation le 21 novembre au soir par l’AFP d’une partie du plan stratégique supposé du groupe Areva. Avec à la clé l’annonce d’environ 2 700 à 2 900 emplois dans le monde, dont 1 300 en Allemagne et entre 1 000 et 1 200 emplois en France. Le document que s'est procuré l'AFP précisait que les fonctions support étaient les principales touchées en France, mais que la division industrielle serait épargnée.

Selon François Baroin, "cette information de l'AFP n'en était pas une et n'était qu'une fuite erronée". Le ministre n'a évoqué que l'avenir de l'emploi en France et n'a pas donné d'autres détails sur l'ensemble du plan détaillé par l'AFP. La question demeure donc sur la répartition des suppressions d'emplois supposés dans le plan notamment en Allemagne, pays qui a renoncé à développer l'énergie nucléaire d'ici à 2022 suite à la catastrophe de Fukushima. 

Un front contre les salariés

La révélation du plan par l'AFP a pourtant créé un vent de panique tant chez les politiques français qu'au sein du groupe. Le ministre de l’Economie a immédiatement réagi et a provoqué une rencontre avec le patron du groupe.

Il a même réclamé de voir les grandes lignes du plan stratégique que Luc Oursel doit présenter le 13 décembre prochain. François Baroin exigeait en effet que le fleuron nucléaire français procède à une mise à niveau d’informations sur les objectifs stratégiques.

Du côté des salariés, le syndicat CFDT a accusé mardi la direction d'Areva d'avoir ouvert "un front" contre les salariés. La CGT a pour sa part déploré que "l'actionnaire du groupe décide que le nucléaire devait être une entreprise rentable comme les autres, car cela a forcément des conséquences sur les décisions d'investissements et sur le social". 

Cette polémique autour de l'avenir du groupe survient trois jours avant une visite de Nicolas Sarkozy dans l'usine Areva du Tricastin.  Le chef de l'Etat doit prononcer un discours sur le nucléaire, sujet qui pourrait devenir un thème majeur de la campagne présidentielle. En effet, la semaine dernière, le parti socialiste et Europe Ecologie Les Verts ont eux aussi placé l'énergie nucléaire au coeur de l'actualité. Ils cherchaient un accord notamment sur la filière MOX dans le cadre de la campagne électorale 2012. 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle