Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

La France a affiché un déficit commercial avec le Maroc au premier semestre, une première

Publié le

Alors que François Hollande est en visite au Maroc ces 19 et 20 septembre, au premier semestre, la France a enregistré pour la première fois une balance commerciale déficitaire de 198 millions d'euros avec le Maroc. En cause les moindres achats de céréales du royaume à la France et la montée en puissance, liée à l'usine Renault de Tanger des exportations marocaines d'automobiles.

La France a affiché un déficit commercial avec le Maroc au premier semestre, une première
L'usine Renault de Tanger dope les exportations marocaines vers la France;
© Fadel Senna/AFP

Une première. Traditionnellement, la balance commerciale de la France avec le Maroc était excédentaire, ce n'est plus le cas depuis ce premier semestre.

Une évolution tendancielle. En 2013, le solde de la balance commerciale était encore excédentaire pour la France de 528 millions d'euros. En 2014, ce dernier n'est plus que de 156 millions d'euros. Au premier semestre 2015, le solde a basculé en faveur du Maroc avec un déficit pour la France de 198 millions d'euros.

"L’émergence du secteur automobile marocain et plus généralement la montée en gamme de ses ventes, se reflètent dans les échanges avec la France" explique une note du service économique régional de l'ambassade de France au Maroc.

Pour rappel, la France est le deuxième partenaire commercial du Maroc derrière l'Espagne (mais le premier investisseur).

Structurellement, la part de marché française au Maroc s'est érodée depuis l'an 2000 pour se chiffrer à 13,3% en 2014. Sur la décennie 2005-2014, les exportations françaises vers le Maroc ont progressé moins vite que les importations du royaume à 4,4% contre 7,7%.

Cette évolution s'explique notamment par l'implantation de nombreuses entreprises étrangères, françaises notamment, au Maroc pour qui le pays est devenu une plate forme d'exportation faisant monter en gamme les ventes du royaume. Signe allant en ce sens, les pièces détachées occupent de plus en plus de place dans les importations marocaines.

L'automobile pour sa part occupe désormais la première place dans les exportations marocaines devant les traditionnels phosphates. Tout un symbole.

Renault. le constructeur français dispose depuis février 2012, de la plus grande usine d'Afrique taillée pour 400 000 véhicules par an. La montée en puissance de cette usine qui se trouve à Tanger, ville qui accueille ces 19 et 20 septembre François Hollande, se répercute donc dans les échanges entre la France et le Maroc.

Cette tendance devrait s'accelérer à partir de 2019 quand PSA ouvrira son usine de Kenitra.

Du pain sur la planche pour les autorités françaises si elles veulent redresser cette tendance dont on verra si elle s'inscrit dans la durée. En effet, une autre explication du déficit commercial français tient aux moindres exportations de céréales tricolores vers le royaume chérifien qui a réalisé cette année une excellente récolte.

Or, nul ne sait si la moisson marocaine sera aussi bonne l'an prochain.

Nasser Djama avec Pierre-Olivier Rouaud

 

Les principaux postes d'échanges

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle