La forge et la fonderie font leur pub

La Fédération Forge Fonderie veut dépoussiérer l’image de ses usines. Elle lance une campagne de promotion auprès des élèves. Une moyenne de 10 000 emplois par an seront à pourvoir dans la décennie à venir.

Partager

Travailler dans une forge ou une fonderie, ce n’est pas ringard. La Fédération Forge Fonderie emploie des mots plus policés, ce qui ne l’empêche pas de lancer une campagne décalée destinée à faire mieux connaître ses métiers auprès de jeunes. Le but est de prendre à revers les idées préconçues et de montrer que, comme l'affirment les professionnels, "nos produits et nos métiers ont du génie".

"Nos métiers sont souvent mal connus des jeunes. Or, lorsqu’ils les découvrent, ils sont généralement surpris et intéressés par leur aspect innovant !" , argumente Cyrille Boureau, DRH du groupe Gevelot Extrusion et membre de la commission emploi formation au sein de sa fédération.

Jean-Luc Brillanceau, directeur général de la fédération, rappelle de son côté que "la métallurgie recrutera 10 000 personnes par an jusqu’en 2025 et estime pour cette même période les besoins de recrutement à 40 000 collaborateurs pour le seul secteur de la transformation des métaux."

Des chiffres qui ne sont pas lancés à la légère et qui seront affinés grâce à une enquête réalisée auprès des entreprises sur le nombre de départs en retraite attendus dans les années à venir.

Le mur des 18 ans

Jean-Luc Brillanceau pointe également les difficultés rencontrées par les jeunes en bac pro pour trouver un stage en entreprise. "La réglementation est très stricte pour les moins de 18 ans qui travaillent en entreprise. L’employeur doit pratiquement déclarer tout ce qu’ils touchent, matériaux potentiellement dangereux comme l’huile de coupe, machines… L’entreprise a un épais dossier à remplir." Pour la fédération, il faudrait donc simplifier la législation et faire tomber ce mur des 18 ans qui nuit à la formation.

Dans sa communication, la Fédération Forge Fonderie n’aborde pas les rémunérations, sujet tabou en France. A tort. Un jeune formé et titulaire d’un BTS trouve facilement du travail à un salaire souvent supérieur à ce que propose le secteur tertiaire, et avec des perspectives d’évolution de poste.

Patrice Desmedt

0 Commentaire

La forge et la fonderie font leur pub

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Forge, estampage, matriçage

LAMINAGE

AUBRY NTV

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS