La Fonte Ardennaise ajoute un nouveau métier à sa panoplie

En inaugurant une nouvelle ligne de traitement cataphorèse, la Fonte Ardennaise est désormais la seule à intégrer une chaîne logistique allant de la conception à la livraison du produit final via la fonderie, l'usinage, le moulage et le traitement de surface.

Partager
La Fonte Ardennaise ajoute un nouveau métier à sa panoplie

Implantée depuis 1927 à Vivier-au-Court (Ardennes), La Fonte Ardennaise, dont la capacité de production annuelle est de 130 000 tonnes de fonte, reste fidèle à ses principes malgré un contexte difficile. A savoir : prospérer grâce à une stratégie de développement savamment étudiée. L’entreprise vient de se doter d'une nouvelle activité de traitement de surface par cataphorèse dans ses bâtiments de Vivier-au-Court.

Ce fleuron de la métallurgie nationale emploie 750 salariés sur ses huit sites ardennais de Vivier-au-Court, Vrigne-aux-Bois et Haybes, 80 employés dans la Société Electromécanique Diversifiée (SED) à La Flèche (Sarthe), 250 salariés chez AFC à Redon (Ille-et-Vilaine), 25 en Serbie et 50 en Espagne.

Une chaîne ouverte à la sous-traitance

"Ce métier supplémentaire, complément logique de la fonderie et de l'usinage, nous permet de réintégrer de la valeur ajoutée et de compléter l'offre de services auprès de notre clientèle. Un avantage indéniable par rapport à la concurrence. Disposant de la seule unité de cataphorèse en Champagne-Ardenne, on va aussi pouvoir ouvrir cette nouvelle chaîne à la sous-traitance. Plusieurs sociétés nous ont déjà consultées. On peut, en effet, passer des pièces allant de 300 grammes à 30 kg", explique Nicolas Grosdidier.

2,2 millions d'euros ont été consacrés à cette opération exemplaire au niveau environnemental. "Les technologies auxquelles on a eu recours font qu'il n'y a aucun rejet liquide. Et comparativement à une peinture classique qui tient 40 heures, la cataphorèse, elle, résiste 400 heures au brouillard salin", ajoute le président du directoire.

La Fonte Ardennaise est dirigée et détenue à 100 % par la famille fondatrice Grosdidier. "Nous investissons tous les ans entre 6 à 8 % de notre chiffre d'affaires. C'est une constante et une nécessité pour éviter le vieillissement de nos équipements", souligne Nicolas Grosdidier.

Couvrant une gamme importante de métiers (fonte grise et GS, mécanique générale, usinage-montage, logistique, plasturgie et commerce international), La Fonte Ardennaise œuvre dans l'automobile, les véhicules industriels, les transmissions, les pompes et robinetteries, le chauffage, les compresseurs, les biens d'équipement, les travaux publics et les machines agricoles.

La Fonte Ardennaise possède un solide parc machines comprenant onze lignes de moulage "Disamatic" dernière génération et une centaine de machines à commandes numériques. Ce qui a permis à la PME ardennaise de réaliser l’an dernier un chiffre d'affaires de 178 millions d'euros, dont 50 % à l'exportation, en répondant à tout type de demandes en petite, moyenne ou grande série pour des pièces moulées.

Pascal Remy

0 Commentaire

La Fonte Ardennaise ajoute un nouveau métier à sa panoplie

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

LA FONTE ARDENNAISE

SOCIETE ELECTROMECANIQUE DIVERSIFIEE

LA FONTE ARDENNAISE

+ 77 000 Décideurs

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS