Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La fonderie Samrev éteint le four

, , , ,

Publié le

Samrev, spécialiste des disques et tambours de frein à Gasville-Oisème (Eure-et-Loir), est en liquidation judiciaire. Ses 55 salariés ont été licenciés.

La fonderie Samrev éteint le four © D.R.

La fonderie Samrev à Gasville-Oisème (Eure-et-Loir) a été liquidée par le tribunal de commerce de Chartres (Eure-et-Loir), entraînant le licenciement de 55 salariés. Ils étaient encore plus de 70 début 2017. L'entreprise a fermé ses portes, les fours sont à l'arrêt, mais deux repreneurs étudieraient encore le dossier.

Spécialiste des disques et tambours de frein pour le secteur automobile, en particulier les poids-lourds, qu'elle écoulait en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, la fonderie Samrev a pris de plein fouet la concurrence chinoise. "L'Europe et la France ont protégé leurs aciéristes, mais ont oublié de protéger les produits finis de la métallurgie", déplore l'actionnaire Hugh Aiken, qui avait confié les rênes de cette PME à son épouse Nathalie Aiken.

Chiffre d'affaires divisé par deux entre 2014 et 2015

Pour celui qui est également propriétaire de la Fonderie de Nierderbronn (Bas-Rhin), les produits chinois sont "20 à 25 % moins chers que les produits français. Même si on produit mieux et plus vite, l'écart reste insurmontable pour les clients". Ironie de l'histoire, alors que la fonderie eurélienne coule, la fonderie alsacienne va mieux, et elle vient de sortir du redressement judiciaire.

Créée il y a plus de 70 ans, l'ex-Européenne SEA a été reprise en 2013 par Hugh Aiken. En 2014, la fonderie devenue Samrev a réalisé 20 millions d'euros de chiffre d'affaires, pour un résultat net de 300 000 euros. Les actionnaires investissent, avec le soutien de Bpifrance. Mais l'année suivante, le chiffre d'affaires plonge à 11 millions d'euros, dont près d'un million de pertes. L'entreprise a été placée en redressement judiciaire fin 2015, avec un plan de continuation qui vient donc de s'achever. Les exercices 2016 et 2017 n'ont pas été publiés.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle