La fonderie Loiselet cherche un second souffle

La fonderie Loiselet à Dreux (Eure-et-Loir), citée en exemple de relocalisation industrielle, est en redressement judiciaire. En cause, un manque de trésorerie et déjà 19 millions de passif.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La fonderie Loiselet cherche un second souffle
Fonderie Loiselet de Dreux.

La fonderie Loiselet vit des heures délicates. Le 6 décembre 2013, elle a été placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Chartres (Eure-et-Loir). La justice consulaire a donné six mois au dirigeant, Sylvain Loiselet, pour trouver une solution. Le passif atteint 19 millions d'euros, dont 4 millions de dettes fournisseurs.

Cette entreprise de Dreux (Eure-et-Loir), symbole de la relocalisation industrielle en 2010, a investi plus de 16 millions d'euros dans un outil de production flambant neuf, que 107 salariés font tourner. "Nous avons des clients et des commandes, y compris à l'export, comme aux Etats-Unis. Mais nous avons eu des décaissements importants", explique Sylvain Loiselet, qui a aussi pris du matériel en crédit-bail.
L'industriel se dit ouvert à une ouverture de capital, à un rapprochement avec un autre industriel ou des fonds financiers. "Parce qu'elle est performante, cette fonderie intéresse du monde, et pas seulement les politiques", se rassure Sylvain Loiselet, qui veut rester optimiste.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Soutenu par les pouvoirs publics (ex-Oseo, ex-FSI), Loiselet a rapatrié de Chine en 2010 une fonderie en misant sur l'abaissement des frais de transport et sur les gains de compétitivité. D'où des investissements massifs et coûteux, loin d'être amortis. Avant la mise en redressement judiciaire, Loiselet tablait sur un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros pour 2013.

Stéphane Frachet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS