La fonderie alésienne Tamaris Industries liquidée

Le tribunal de commerce de Nîmes (Gard) a prononcé le 17 avril la liquidation judiciaire de la fonderie qui employait 75 salariés. Ces derniers occupent le site et espèrent toujours un projet de reprise. Ils seront reçus le 30 avril en sous-préfecture.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La fonderie alésienne Tamaris Industries liquidée

La fonderie alésienne Tamaris Industries, qui employait 75 salariés, sera liquidée a décidé le tribunal de commerce de Nîmes (Gard), mercredi 17 avril. La fonderie, dont les origines remontent à 1829, connait une histoire mouvementée depuis mai 2012 et son rachat pour 1 euro symbolique par l’Américain Hugh Aiken à Delachaux Industries. Ce dernier avait annoncé son intention d’injecter 7 millions dans l’usine d’Alès (Gard), puis il a contesté devant le tribunal des procès-verbaux de conformité et le montant du besoin en fonds de roulement au moment de la cession.

En donnant raison à Hugh Aiken le 4 avril, le tribunal de commerce de Nîmes avait cassé la vente et réintégré Tamaris dans le giron de Delachaux qui a fait appel. Celui-ci n’ayant pas l’intention d’injecter de l’argent dans la fonderie, le tribunal de commerce a donc prononcé la liquidation de Tamaris Industries, alors que la période d’observation de la procédure de sauvegarde déclenchée le 14 décembre 2012 devait s’achever mi-mai.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Depuis le 4 avril, nous n’avions eu aucun contact avec Delachaux ni avec Hugh Aiken. Personne ne voulait de l’entreprise, c’était la patate chaude, indique Julien Vitrani, délégué syndical CGT présent à l’audience du 17 avril. Au tribunal, nous avons entendu que le passif serait de 7,2 millions d’euros."

Les ouvriers de l’ancienne Tamaris Industries se relaient pour occuper le site de la fonderie, "afin de garder intact l’outil de travail" et préserver l’actif productif.

Sylvie Brouillet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS