Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

La folle journée de PSA

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Le constructeur organise aujourd’hui un comité central d’entreprise exceptionnel pour présenter aux salariés de nouvelles mesures d’économies. Les syndicats redoutent le pire, notamment l’annonce d’une fermeture de l’usine d’Aulnay.

La folle journée de PSA © D.R. - PSA Peugeot Citroën

Sommaire du dossier

Ce 12 juillet fera probablement date dans l’histoire de PSA Peugeot Citroën. Le groupe remet ce matin aux représentants du personnel les documents présentant les nouvelles mesures d’économies annoncées il y a deux semaines par Philippe Varin, le patron du groupe. Après un premier plan d’économies d’un milliard d’euros en janvier et avant l’annonce de résultats semestriels catastrophiques le 25 juillet, le président du directoire essaie de redresser la barre et de rassurer les financiers du groupe.
 
PSA souffre de plein fouet de la crise européenne, avec des ventes en baisse de 10 % depuis le début de l’année. Et là où Renault profite de son implantation internationale pour compenser, l’arrêt de la production en Iran et des difficultés au Brésil plombent un peu plus les comptes de la maison de la Grande Armée. La trésorerie fait cruellement défaut, certains analystes estiment que PSA a brulé 1,6 milliards d’euros de cash depuis le début de l’année.
 
Le groupe estime que, dans la situation économique actuelle, ses usines souffrent de surcapacités. Le site d’Aulnay-sous-Bois, fleuron industriel des années 70 et 80, pourrait voir ses effectifs encore diminuer, s’acheminant vers une fermeture. Les syndicats du site ont d’ores et déjà appelé à la grève ce jour, et prévoient une conférence de presse en début d’après-midi. Et derrière Aulnay, tous les sites devraient perdre des postes. Les syndicats s’inquiètent particulièrement du sort de Rennes-la-Janais et de Sevelnord.
 
Cette situation économique dégradée tombe mal pour PSA qui négocie actuellement les détails de son alliance stratégique avec General Motors. Grâce à l’Américain, PSA espère partager les coûts de R&D pour sa montée en gamme et faciliter son internationalisation. Lancée il y a environ trois ans, cette double stratégie ne porte pas encore ses fruits. Malheureusement.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle