Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

La flambée du minerai de fer ne devrait pas durer

Franck Stassi , , ,

Publié le

Portés par les nouvelles prévisions de croissance en Chine, les prix du minerai de fer pourraient rapidement être confrontés à la dure réalité du secteur sidérurgique. Ils resteraient, selon Commerzbank, stables en 2016.

Depuis la fin de l’année 2015, les prix du minerai de fer ne cessent de grimper. Ils ont gagné 51,2% entre le 14 décembre et le 14 mars, à 55,1 dollars par tonne. "Nous estimons que cette hausse prononcée et soudaine est exagérée étant donné qu'il y aura aucun changement à la situation d'approvisionnement suffisante sur le marché du minerai de fer transporté par mer", s’étonne la banque allemande Commerzbank. Premier acheteur mondial de minerai de fer, la Chine s’approvisionne notamment auprès de Vale, Rio Tinto ou bien encore BHP Billiton, les coûts de production locaux étant plus élevés qu’un recours aux importations.

Même si elle se fixe un objectif de croissance d’au moins 6,5% par an d’ici à 2020, la Chine connaît toujours des difficultés économiques, fait face à des surcapacités, et s’apprête à restructurer son secteur minier. 95,2 millions de tonnes de minerai de fer seraient actuellement stockées dans les ports chinois, soit leur plus niveau en l’espace de dix mois, indique le site spécialisé Steelhome. La production chinoise d’acier a par ailleurs reculé en 2015 (-2,3%, à 804 millions de tonnes), pour la première fois en 34 ans. Jusqu’à 15% des effectifs pourraient, de plus, prochainement être supprimés dans le secteur.

Pas d'embellie en vue

A l’échelle mondiale, la production d’acier a perdu 2,8% en 2015, pour la première fois en six ans. Dans ce contexte, le minerai de fer ne semble pas au bout de ses peines. Le matériau, qui a perdu 163% de sa valeur entre le premier trimestre 2014 (où il s’échangeait à 121 dollars par tonne) et le quatrième trimestre 2015 (46 dollars par tonne en moyenne), se stabiliserait autour de 45 dollars par tonne au cours de l’année 2016 d’après les estimations de Commerzbank. Goldman Sachs et Citi maintiennent des estimations plus basses encore, en dessous des 40 dollars. Et aucune amélioration significative n’est attendue pour 2017. Vale et Fortescue, respectivement premier et quatrième producteurs mondiaux, devraient pour leur part se rapprocher prochainement pour renforcer leurs parts de marché, notamment en Chine. Ils viennent d'annoncer une alliance ouvrant la voie tant à des coentreprises qu'à une prise de participation de Vale dans Fortescue.

Franck Stassi

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

 

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus