La fiscalité du diesel ne sera pas relevée en 2014, assure le ministre du Budget

"Notre souci de ne pas augmenter la pression fiscale dans l'année qui vient et de ne pas obérer le pouvoir d'achat des ménages ne nous conduira pas à prendre cette décision en 2014, mais nous laissons la question ouverte pour la suite",  a déclaré mardi 14 mai à l'Assemblée nationale le ministre du Budget Bernard Cazeneuve.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La fiscalité du diesel ne sera pas relevée en 2014, assure le ministre du Budget

Afin de préserver le pouvoir d'achat des Français, le gouvernement ne relèvera pas à la fiscalité du diesel en 2014... mais n'exclut pas de rééquilibrer l'écart avec l'essence les années suivantes. C'est en substance ce qu'a déclaré le ministre du Budget mardi 14 mai à l'Assemblée nationale.

Interrogé par les députés, Bernard Cazeneuve a rappelé que le gouvernement avait l'intention de "verdir" la fiscalité dans les prochaines lois de finance, pour aider à respecter les engagements environnementaux du pays. A propos des carburants, il a rappelé qu'il y avait 17 centimes d'euro d'écart en faveur du diesel en France, contre 11 centimes en moyenne dans l'UE, "ce qui pourrait justifier à terme d'une adaptation". Le comité sur la fiscalité écologique, en faveur de cette adaptation, devra d'ailleurs présenter ses scénarios de mise en oeuvre d'ici fin juin.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Ne pas augmenter la pression fiscale" à court terme

"Mais comme l'a dit déjà le Premier ministre, notre souci de ne pas augmenter la pression fiscale dans l'année qui vient et de ne pas obérer le pouvoir d'achat des ménages ne nous conduira pas à prendre cette décision en 2014, mais nous laissons la question ouverte pour la suite", a-t-il aussitôt ajouté.

Le ministre a par ailleurs rappelé que le gouvernement devait tenir compte de "la situation des industriels" et ne "pouvait pas prendre des décisions fiscales qui viendraient mettre en difficulté" l'industrie automobile française déjà en crise.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS