La "fintech" Wise veut entrer à la Bourse de Londres en cotation directe

par Pamela Barbaglia, Abhinav Ramnarayan et Anna Irrera
La
Wise, le groupe britannique de technologie financière dénommé auparavant TransferWise, a annoncé jeudi son intention d'entrer à la Bourse de Londres via une cotation directe. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall

LONDRES (Reuters) - Wise, le groupe britannique de technologie financière dénommé auparavant TransferWise, a annoncé jeudi son intention d'entrer à la Bourse de Londres via une cotation directe.

Basée à Londres, la "fintech" créée en 2010 par deux entrepreneurs estoniens, Kristo Käärmann, ancien consultant chez PwC et Deloitte, et Taavet Hinrikus, ancien directeur de la stratégie chez Skype, dit vouloir s'introduire sur le London Stock Exchange sans lever de fonds au préalable.

Hormis le London Stock Exchange lui-même, aucune entreprise n'a jamais été cotée directement sur le principal marché londonien. Aux Etats-Unis, Spotify, Coinbase et Slack ont utilisé cette méthode pour entrer à la Bourse de New York.

Ces dernières semaines, les introductions en Bourse en Europe ont reçu un accueil mitigé marqué par au moins quatre projets d'IPO annulés, les investisseurs étant particulièrement vigilants sur les sociétés dans lesquelles ils investissent après premier semestre record de nouvelles cotations.

A Londres, Deliveroo et Alphawave se négocient actuellement bien en dessous du prix de leur IPO.

"Wise est habitué à défier les conventions, et cette cotation ne fait pas exception. Une cotation directe nous permet d'étendre le nombre d'actionnaires de manière moins coûteuse et plus transparente, conformément à notre mission", a déclaré son directeur général, Kristo Käärmann.

Le groupe s'est abstenu de donner un ordre de valorisation. En avril, des sources avaient indiqué à Reuters que la fintech pourrait valoir entre six et sept milliards de dollars (environ 5-6 milliards d'euros), ce qui en fait potentiellement l'une des plus grosses cotation de l'année.

La cotation doit être finalisée le 5 juillet, Wise visant un flottant d'au moins 25% de son capital, selon un teneur de livre d'ordres.

Le groupe de transfert d'argent dit être rentable depuis 2017, avec un taux de croissance annuel de ses revenus de 54% au cours des trois dernières années pour un chiffre d'affaires global cette année de 421 millions de livres (491 millions d'euros).

Wise dit avoir transféré à ce stade à l'étranger 54,4 milliards de livres auprès de six millions de clients dans le monde. Le groupe traite des transactions pour environ 5 milliards de livres chaque mois.

La fintech est conseillée par Goldman Sachs, Morgan Stanley, Barclays et Citigroup pour sa cotation à Londres.

(Pamela Barbaglia et Abhinav Ramnarayan; avec Anna Irrera; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS