La filière viande demande une extension de l'indication de provenance aux produits préparés

Après les révélations concernant les plats surgelés contenant de la viande de cheval au lieu de boeuf, le président de l'Interprofessionnelle de la filière bétail et viandes (Interbev) en France a réclamé la plus grande fermeté envers les fraudeurs. "Il faut que les services de l'Etat sanctionnent les coupables dès qu'ils seront connus et identifiés. Nous réclamons l'intransigeance: les fraudeurs doivent être dénoncés et punis", a déclaré Dominique Langlois.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La filière viande demande une extension de l'indication de provenance aux produits préparés

"Il n'y a pas de place pour les fraudeurs", a affirmé lundi 11 février à l'AFP Dominique Langlois, président de l'Interprofessionnelle de la filière bétail et viandes (Interbev) en France, qui revenait sur le scandale des plats préparés surgelés. Des agents de la DGCCRF (répression des fraudes) étaient dans le même temps en train d'inspecter dans la matinée plusieurs entreprises, dont le siège de Comigel à Metz et celui de Spanghero son fournisseur.

"Ca suffit ! Il faut que les services de l'Etat sanctionnent les coupables dès qu'ils seront connus et identifiés. Nous réclamons l'intransigeance: les fraudeurs doivent être dénoncés et punis", a-t-il ajouté.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Le consommateur doit savoir que ce sont des fraudeurs: la filière se bat tous les jours. Il n'y a pas de place pour les fraudeurs quels qu'ils soient", a-t-il martelé. Dominique Langlois a confirmé l'intention d'Interbev de faire appel à la justice pour obtenir "réparation" dans cette affaire.

"La filière bovine a subi des crises sanitaires très importantes et il a fallu mettre en place des systèmes de traçabilité et de tests au cours des vingt dernières années. On n'aurait aucun intérêt à casser tout ça". Cette affaire, a-t-il affirmé, "n'est pas le reflet de pratiques de la filière française".

Demande d'étendre l'obligation d'indication de la provenance aux préparations à base de viande

Afin de rassurer les consommateurs, Interbev "exige la mise en oeuvre immédiate pour les préparations à base de viande, de l'indication de l'origine des viandes issues de de ses filières". Dominique Langlois rappelle dans un communiqué que "l’information du consommateur est une priorité pour la filière viande française" et que cette indication de l'origine a été mise en place dès 1996 pour la viande fraîche.

Julien Bonnet

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS