La filière nautique se rassemble à Paris

Le Salon nautique de Paris ouvre ses portes le 3 décembre 2016 porte de Versailles. La principale manifestation française joue plus qu’un rôle de vitrine. Les nombreuses ventes qui s’y réalisent donneront une bonne indication pour une filière qui prévoit une légère croissance.

Partager
La filière nautique se rassemble à Paris

Le "Nautic", le salon nautique de Paris, c’est la grand-messe de la plaisance en France, pour la voile comme pour le moteur. Les voileux sont mis en avant, puisque toute la profession se retrouve porte de Versailles… sauf ceux qui tournent actuellement en solitaire autour du monde. Cela ne doit pas faire oublier les bateaux à moteurs, plus nombreux et qui représentent 80 % des ventes en unités.

"Les deux premiers salons français de la saison, Cannes et La Rochelle, ont été bien orientés, analyse Yves Lyon-Caen, président de la Fédération des industries nautiques (FIN). Le salon de Southampton en Angleterre était très attendu, car on redoutait les conséquences du Brexit. Or il n’y a pas eu d’impact pour cette édition." Les salons jouent beaucoup plus qu’un rôle de vitrine. Plus de 60 % de ventes en France sont réalisées sur les trois grands salons, soit un chiffre d’affaires de l’ordre 120 à 150 millions d’euros. Pour la saison 2016-2017, les professionnels tablent sur une légère progression.

La filière championne de France de l’exportation

L’industrie et les services nautiques réunissent en France 5 300 entreprises, 42 000 salariés, pour un chiffre d’affaires de 4,41 milliards d’euros. "L’industrie nautique la championne des exportations, souligne Yves Lyon-Caen. En chiffres absolus, l’aéronautique est le numéro français, mais le rapport entre exportations et importations est de huit pour le nautisme, un chiffre record." La FIN poursuit sa croisade pour faire mieux connaître les retombées économiques de la filière nautiques sur les territoires. « Quand les élus prennent la mesure de l’apport économique de la plaisance sur leur département ou leur région, ils se mobilisent ».

Cette année, les visiteurs découvriront sur le salon nautique des bateaux de 2,30 mètres (l’Optimist) à 23,17 mètres (le CNB 76), des bateaux à voile et à moteur équipés de foils et un voilier historique, le Pen Duick V d’Éric Tabarly, vainqueur de la Transpacifique en 1969 et premier bateau de course à être équipés de ballasts.

0 Commentaire

La filière nautique se rassemble à Paris

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS