"La filière de l'éolien prête à s’engager dans un pacte industriel avec le gouvernement", selon Nicolas Wolff

Le Colloque national de l’éolien organisé par le Syndicat professionnel France énergie éolienne (FEE) se tient à Paris, ce jeudi 10 octobre, au Carrousel du Louvre. La filière veut redémarrer après trois années moroses. Nicolas Wolff, le président de FEE, déplore l’injonction paradoxale faite à l’éolien français - des objectifs mais des blocages - et propose un pacte industriel au gouvernement.

Partager

L'Usine Nouvelle - Quelles sont les dernières évolutions du marché de l’éolien en France ?

Nicolas Wolff - Les installations au premier semestre 2013 ont chuté de 26% sur un an à 200 mégawatts (MW). Nous entrevoyons aujourd’hui une année 2013 médiocre avec 750 MW installés. Nous n’avons toujours pas inversé la tendance depuis le pic de 2009. Le marché fonctionne mal. Il n’arrive pas à produire suffisamment de projets pour développer la filière.

Quel est l’état de la filière aujourd’hui ?

Nous avons réussi à limiter la casse en faisant sauter des verrous comme les zones de développement de l’éolien ou la règle des cinq mâts. Mais la baisse du marché représente un manque à gagner, notamment en termes d’emplois. Un MW installé, c’est 1,4 emploi créé en France ! L’éolien, c’est aujourd’hui 11 000 emplois directs. Ce sont 150 PME-PMI qui fournissent les fabricants de turbines et une balance commerciale à l’équilibre. Mais l’éolien français pourrait aller beaucoup plus loin sur tous ces points.

La France a pourtant des objectifs ambitieux…

L’éolien français est soumis à une injonction paradoxale : d’un côté, le Grenelle de l’environnement a fixé un objectif de 25 000 MW d’éolien (dont 6 000 MW offshore) à l’horizon 2020. De l’autre, la mise en œuvre du Grenelle 2 a tout fait pour torpiller la filière. Obtenir un permis de construire pour un projet éolien en France est très difficile et très long. Cela prend 6 ans au lieu de 2 ans en Allemagne. Et la situation ne s’arrange pas : les couches de réglementation s’empilent année après année, les permis sont de plus en plus attaqués, avec des taux de recours qui atteignent 40%, et les coûts et les délais du raccordement au réseau sont à la hausse.

Comment inverser la tendance ?

Nous avons proposé, cet été, un pacte industriel au gouvernement. Il a été bien reçu tant au ministère de l’Ecologie qu’à celui du Redressement productif. L’ensemble des industriels de l’éolien présents en France sont prêts à s’engager en matière de création d’emplois, d’optimisation de la présence française dans la chaîne de valeur, d’efforts pour rendre l’électricité éolienne plus compétitive, et enfin d’innovation, notamment en créant des ponts avec l’automobile et l’aéronautique. En contrepartie, nous attendons une simplification des procédures d’obtention des permis, un encadrement des recours pour éviter les abus et un raccordement au réseau facilité. Nous espérons que la loi de programmation sur la transition énergétique qui devrait être présentée en 2014 prendra en compte nos demandes pour relancer l’éolien en France.

Propos recueillis par Manuel Moragues

2 Commentaires

"La filière de l'éolien prête à s’engager dans un pacte industriel avec le gouvernement", selon Nicolas Wolff

francois
10/10/2013 22h:33

Mr Wolff, les Français ne partagent pas votre enthousiasme à votre invitation. ils se rendent compte actuellement que le pacte dont vous rêvez n'est qu'un détournement financier majeur de la compétitivité énergétique de notre Pays. Les français ne sont pas prêts, et surtout ne sont pas dupes.

Une balance commerciale énergétique à l'équilibre, parlons-en : La France revend aujourd'hui une électricité stable à ses voisins européens quand leurs renouvelables hors de prix leur font défaut. Les allemands, Danois et espagnols tentent alors en échange de revendre leur industrie verdie à la France encore Crédule aux engagements louables du grenelle... car ce choix est un cout astronomique pour ceux qui l'ont engagés, sans resultats réels. L'allemagne se réveille du renouvelable, avec le matin d'une énergie hors de prix, boulet de son économie. Sa seule survie tiendra à l'export de ce modèle qui ne répondra jamais au besoins énergétiques de son Pays et encore moins du notre. Autant emmener tout le monde en balade L'espagne a stoppé net, l'erreur est colossale ... et pendant que l'allemagne importe du bois et brule du charbon, la France peux bien donner son vent, son patrimoine et son tourisme à son voisin historique qui se fera une joie de le lui facturer

Votre pacte industriel , c'est bien du vent pour nous les citoyens, et de l'or en barre pour les fonds de pensions, et c'est aussi pour notre pays un gachis monumental du financement de la recherche et du développement dont le secteur de l'énergie a réellement besoin.

Très peu d'emplois sont créés dans l'éolien, Les quelques rares coutent une fortune aux contribuables. Pourtant les pales tournent partout, mais la construction et la maintenance restent à l'étranger. Regardez les cartes d'implantation des principaux opérateurs sur leur sites internet, leurs centres de maintenance restent en dehors de nos frontières.
Quand nous voyons les techniciens intervenir 1 fois par an , ils ne comprennent pas un seul mot de Français et font à peine fonctionner économiquement le loueur de grue et la barraque à frites voisine du chantier. il en sera autant des zones portuaires, Passé cela , les éoliennes tournent et grincent seules à nos oreilles, et à nos factures, en huilant les comptes des fonds de pensions étrangers que l'on rencontre à la barre des tribunaux et à l'inauguration des parcs qui "passent"

Les Français sont prêts pour un moratoire de votre modèle énergétique: les municipales arrivent, alors dépéchez vous d'enlever le droit d'accorder les permis de construire aux communes , une simple décision préfectorale suffira.

Réagir à ce commentaire
Crésus
11/10/2013 16h:38

Bien vu: si les français renâclent à payer, il faut que le gouvernement s'engage.
Une hausse des impôts n'est pas si grave, quand on voit le réchauffement climatique.C'est une question de vie ou de mort.
L'éolien, c'est ce qui va nous sauver de la catastrophe.Oui, il faut vite imposer l'éolien, à tout prix.et vite, et sans limite.
Et si je peux me remplir les poches au passage, c'est encore mieux!

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS