L'Usine Santé

La filière cosmétique avance 30 mesures pour sa relance et réclame un meilleur soutien de l’Etat

Julien Cottineau , , , ,

Publié le , mis à jour le 16/10/2020 À 15H12

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

L’ensemble de la filière française de l’industrie des cosmétiques a tenu le 15 octobre les premiers Etats généraux de la parfumerie-cosmétiques à Paris. A cette occasion, 30 mesures ont été présentées pour inscrire le secteur dans une relance dynamique et durable, avec un appel au gouvernement pour mieux reconnaître une filière qui se pose comme le second plus grand exportateur national.

La filière cosmétique avance 30 mesures pour sa relance
Face à la crise, la filière française se mobilise pour se relancer mais espère un meilleur soutien de l'Etat.
© Hervé Boutet

30 mesures pour rebondir, en plein décollage du grand plan de relance de l’économie française. C’est ce qu’a présenté le 15 octobre à Paris le secteur des cosmétiques et la parfumerie dans le cadre de ses premiers Etats généraux de filière, sous l’égide de Cosmetic Valley, le pôle de compétitivité national, et avec le concours de la Fédération des entreprises de la beauté (Febea) et de la Confédération nationale de l’esthétique parfumerie (CNEP). Ces pistes de travail, conçues par l’ensemble des acteurs du secteur, seront adressées à quatre ministères : Affaires étrangères, Commerce extérieur, Industrie, et celui de la Relance. Avec un appel net du pied au gouvernement pour obtenir un peu de soutien.

Deuxième exportateur national

Marc-Antoine Jamet, président de Cosmetic Valley regrette d’ailleurs que la filière ne suscite "pas assez d’attention et de considération des pouvoirs publics. Il n’y a pas de marque France, pas de comité de filière, alors que nous sommes un secteur de 250 000 salariés, fabriquant 46 milliards d’euros de produits par an et que nous sommes le deuxième exportateur de la France". Sans compter les 3200 entreprises réparties sur la totalité du territoire.

Un secteur pas épargné par la crise

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte