Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

La filiale américaine de recyclage de catalyseurs pétroliers d’Eramet menacée de faillite

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le

Gulf chemical & metallurgical corporation (GCMC), filiale du groupe Eramet spécialisée dans le recyclage de catalyseurs pétroliers utilisés dans le raffinage, s’est placée sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, un redressement judiciaire avec continuation de l’activité qui gèle ses dettes le temps d’essayer de trouver un repreneur.

La filiale américaine de recyclage de catalyseurs pétroliers d’Eramet menacée de faillite
Recyclage de catalyseurs de raffinage chez Valdi.
© D.R.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Le programme de cession des actifs non-stratégiques d’Eramet avance lentement. Trop lentement pour sa filiale américaine Gulf chemical & metallurgical corporation (GCMC) et la filiale de cette dernière Bear metallurgical company (BMC), placées toutes deux sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites le 14 juin, dans l'attente d'un éventuel repreneur.

Un lourd passif environnemental

Rattaché à la branche manganèse d’Eramet, GCMC a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires de 65 millions de dollars. C’est l’un des acteurs les plus importants du recyclage de catalyseurs utilisés dans le raffinage pétrolier et un producteur majeur d’alliages ferreux comprenant des métaux extraits de ces catalyseurs. Parmi ces métaux d’intérêt figurent le molybdène, le vanadium, le nickel, le cobalt et l’alumine. Si en Europe le recyclage est fortement encouragé pour réduire la mise en décharge, ce n’est pas le cas aux Etats-Unis où les conditions de marché sont plus difficiles.

"La chute des prix des métaux et un marché des catalyseurs pétroliers déprimé pour alimenter notre procédé ont conduit la société à perdre de l’argent", explique le président de GCMC Eric Caridroit dans un communiqué. "En outre, des exigences réglementaires excessives et des amendes liées à des problèmes environnementaux passés ont rendu l’activité de plus en plus difficile à rentabiliser en cette période de crise économique."

Le site de GCMC à Freeport au Texas (Etats-Unis) était qualifié, en 2010, d’"usine la plus polluante du Texas" dans la presse locale. Eramet a depuis effectué plus de 50 millions de dollars d’investissements (installation d’un laveur de gaz SO2 pour 35 millions de dollars, monitoring en continu des émissions atmosphériques et aqueuses, suivi des plans d’actions mis en place suite aux notifications de non-conformités, etc) pour dépolluer le site et améliorer les process, mais le poids financier (6 millions de dollars) pour solder le passif reste élevé.

Bear Metallurgical également sous sauvegarde

Filiale à 100% de GCMC situées à Butler en Pennsylvanie, "BMC a été rentable des années durant et nous anticipons un retour à la rentabilité, même si nous faisons face actuellement à des conditions de marché difficiles, notamment des prix de vente des métaux inhabituellement bas, un niveau de production d’acier en baisse aux Etats-Unis et des niveaux d’importation de nos produits plus élevés que d’habitude", précise son directeur général David Carey dans un communiqué. Bear Metallurgical transforme les oxydes de molybdène et de vanadium en ferromolybdène et en ferrovanadium, deux alliages utilisés dans les aciers spéciaux.

Eramet confirme que cette période de redressement judiciaire permettra de maintenir l’activité et de payer les salaires et les charges durant les discussions sur une cession, sans préciser l’état d’avancement de ces discussions ni l’existence d’un repreneur potentiel.

Une activité de recyclage en développement en France

Eramet compte par contre un site de recyclage de piles (d’une capacité de 20 000 tonnes) et de catalyseurs de raffineries (d’une capacité de 10 000 tonnes) en cours de développement à Commentry, dans l’Allier. Ce site rattaché à Erasteel reprend pour partie les activités du site Valdi fermé au Palais sur Vienne. Ce dernier a cessé toute activité en décembre 2015. Et en 2011, deux agents de maintenance avaient été tués dans l’explosion de l’usine Valdi Feursmetal dans la Loire.

Eramet écarte la possibilité d’une relocalisation d’une partie de l’activité de GCMC à Commentry, soulignant qu’il s’agit de marchés dotés de particularités régionales fortes. D'une part les catalyseurs utilisés dans le raffinage et la pétrochimie sont différents en Europe et aux Etats-Unis, en raison de la différence de composition des pétroles bruts. D’autre part, en France, où 25% des volumes de catalyseurs échappent encore aux filières de recyclage officielles pour partir au grand export vers des filières de recyclage à moindre coût, des politiques d’incitation ont été mises en place pour favoriser le recyclage et décourager la mise en décharge.

Myrtille Delamarche

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle