Quotidien des Usines

La fermeture du site sarthois Harman est quasi-actée

, , , ,

Publié le

A moins d'un repreneur, plus qu'hypothétique, l'usine de fabrication de haut-parleurs et d'amplificateurs pour automobile Harman de Château-du-Loir (Sarthe) est promise à la fermeture avant la fin de l'année.

La fermeture du site sarthois Harman est quasi-actée
Systèmes audio pour l’automobile
© Harman

Les 185 salariés d'Harman, à Château-du-Loir (Sarthe), ont eu le 13 mai, lors d'une réunion d'information, la quasi-confirmation que leur usine était bel et bien promise à la fermeture. L'unité, qui dépend de la division audio du groupe américain Harman, est spécialisée dans la production de haut-parleurs et d'amplificateurs pour l'automobile. Elle fournit notamment des marques comme Mercedes, Jaguar, Land Rover, BMW ou encore Ferrari. Certes, la possibilité d'une reprise reste officiellement ouverte, mais celle-ci est plus qu'hypothétique.

Dans l'attente d'un repreneur

Selon la CFDT, la fermeture était initialement prévue dans trois mois, à la mi-août, mais un délai semble pouvoir être obtenu jusqu'à la fin de l'année. "On ne trouve pas un repreneur en trois mois", souligne Jean-Louis le Denmat de la CFDT des métaux de la Sarthe, expliquant que l'intention du groupe américain est de remplir son usine chinoise aux dépens de la production française.

L'usine a "profondément souffert ces derniers années, à cause d’un environnement de plus en plus concurrentiel, et d'une pression constante des acteurs du marché pour que nous réduisions nos coûts de production", expliquait récemment Fréderic Larcher, le directeur du site, dans un communiqué. "Malgré nos nombreuses tentatives et d’importants investissements, le site de Château-du-Loir reste inadapté à ce nouvel environnement. Actuellement, le site fonctionne à 30 % de ses capacités de production, avec un carnet de commandes et des perspectives en baisse pour l'année à venir."

Cette vision est contestée par l'intersyndicale CGT/CFDT évoquant une fermeture "uniquement liée à des raisons financières." Les représentants des salariés indiquent que le site tournait récemment encore en 3X8 avec des intérimaires et que la charge de travail pouvait le mener jusqu'à fin 2015.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte