Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

La CGT Mines-Energie prépare aussi sa grève

Sybille Aoudjhane , ,

Publié le

La fédération nationale Mines-Energie de la CGT (FNME-CGT) profite d'un mouvement général pour faire entendre ses revendications. Comme la SNCF, elle appelle à une mobilisation sur les trois prochains mois. Un préavis de grève a déjà été lancé pour le mois d’avril.

La CGT Mines-Energie prépare aussi sa grève
Journée d’action nationale interprofessionnelle pour les Services Publics de la FNME-CGT à Marseille le 22 mars 2018.
© FNME-CGT/Marseille ville

Dans un contexte de mouvement social tendu, "la fédération CGT des Mines et de l'Énergie appelle tous ses syndicats à organiser la mobilisation des salariés des filières à partir du 3 avril et pour trois mois avec des arrêts de travail", indique la FNME-CGT dans un communiqué daté du 29 mars. Cette fédération - qui représente des salariés d'entreprises énergétiques comme EDF, Engie, Enedis GRDF... - "profite d’un mouvement de convergence", indique Hervé Bequet, un porte-parole du syndicat.

"Nous considérons une grève aujourd’hui dans le cadre de la loi de programmation pluriannuelle de l’énergie, explique-t-il. Nous voulons un nouveau service public qui réponde aux usagers et non pas aux actionnaires". La FNME-CGT se mobilise pour soutenir plusieurs revendications : le bilan de la dérèglementation et la fin de la libéralisation du secteur de l’énergie, l’organisation d’un nouveau service public et un statut d'énergéticien pour l’ensemble des salariés du secteur. "Il faut que soient revues les orientations. Il y a aussi les concessions hydrauliques que le gouvernement veut soumettre à la concurrence, des inquiétudes au niveau du nucléaire, des suppressions d’emploi au niveau commercial... C’est tout ce contexte" qui inquiète Hervé Bequet.

Un point de mire le 19 avril

La FNME-CGT est "dans une phase d’information", même si un préavis de grève a été lancé pour tout le mois d’avril, et sera renouvelé sur une durée de trois mois. Cette mobilisation "a pour point de mire le 19 avril". "On vise d’abord à informer les salariés des démarches et il y aura une action nationale d’appel à l’arrêt de travail", explique Hervé Bequet. "Mais tout se décidera pendant les assemblées générales locales principalement."

Les modalités d’action ne sont pas encore connues. Au matin du mardi 3 avril, Sebastien Menesplier, secrétaire général FNME-CGT, ajoute sur France Info que des rassemblements en commun avec les cheminots ont lieu dans toute la France, à Lyon, en Bretagne... et conclut: "un débat public s’est ouvert et on a besoin de faire entendre."

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

03/04/2018 - 16h53 -

nous devons revenir un service public ( renationalisation ) des entreprises privées de l énergie comme l ex gdf . non a un pole public +prive . 1946 2018 .
Répondre au commentaire

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus