La Fed vise désormais 2023 pour le début de la hausse des taux

par Howard Schneider et Ann Saphir

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La Fed vise désormais 2023 pour le début de la hausse des taux
La Fed table désormais sur une première hausse des taux d'intérêt dès 2023. /Photo d'archives/REUTERS/Chris Wattie

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé mercredi tabler désormais sur une première hausse des taux d'intérêt dès 2023, en soulignant l'amélioration de la situation sanitaire aux Etats-Unis, dans un communiqué qui n'évoque plus le poids de la crise du coronavirus sur la situation économique.

Ces nouvelles projections montrent qu'une majorité des 11 principaux responsables de la Fed prévoient désormais au moins deux hausses de taux d'un quart de point de pourcentage en 2023, même s'ils s'engagent pour l'instant à maintenir les mesures de soutien afin d'encourager la reprise du marché du travail.

Les dirigeants de la Fed prévoyaient auparavant le début de la hausse des taux pour 2024.

"Les progrès de la vaccination ont réduit la propagation du COVID-19 aux Etats-Unis", a déclaré la Fed dans un communiqué, une phrase qui marque un tournant puisque la banque centrale conditionnait depuis 14 mois toute évolution de sa politique monétaire à la fin de l'épidémie.

La Fed a par ailleurs réaffirmé son engagement à attendre "des progrès supplémentaires substantiels" avant de commencer à modifier sa politique en réduisant ses soutiens.

Pour l'instant, l'objectif de taux des fonds fédéraux ("fed funds") reste fixé entre zéro et 0,25%, son plus bas niveau historique, comme le prévoyaient tous les économistes et analystes interrogés par Reuters avant la réunion du Federal Open Market Committee (FOMC).

Et la Fed a fait savoir qu'elle continuerait d'acheter pour 120 milliards de dollars (99 milliards d'euros) par mois d'obligations et de prêts immobiliers titrisés (MBS) sur les marchés.

Mais ses nouvelles prévisions de croissance, d'inflation et de taux d'intérêt suggèrent qu'elle s'attend à une reprise plus rapide qu'anticipé jusqu'alors: elle a notamment relevé sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis cette année à 7,0% contre 6,5% prévu en mars.

Le président de la banque centrale, Jerome Powell, doit s'expliquer sur les décisions adoptées par le FOMC lors d'une conférence de presse prévue à 18h30 GMT.

Sur les marchés, le communiqué de la Fed a eu pour principal effet une nette remontée des rendements obligataires: celui des obligations du Trésor à dix ans montait de près de cinq points de base à 1,5413% vers 18h15 GMT contre 1,4871% vingt minutes plus tôt.

Parallèlement, Wall Street s'est orienté en nette baisse, l'indice Standard & Poor's 500 cédant 0,9%.

Sur le marché des changes, le dollar, stable avant le communiqué, gagnait 0,45% face aux autres grandes devises.

(Howard Schneider et Ann Saphir, version française Marc Angrand)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS