La Fed a favorisé la récente frénésie boursière, dit Kaplan

par Ann Saphir
Partager
La Fed a favorisé la récente frénésie boursière, dit Kaplan
Les achats massifs d'obligations réalisés par la Réserve fédérale américaine ont contribué à favoriser la récente frénésie d'achats d'actions telles que GameStop, a déclaré mardi le président de la Fed de Dallas, Robert Kaplan. /Photo d'archives/REUTERS/Edgard Garrido

(Reuters) - Les achats massifs d'obligations réalisés par la Réserve fédérale américaine ont contribué à favoriser la récente frénésie d'achats d'actions telles que GameStop, a déclaré mardi le président de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, exprimant une nouvelle fois l'inquiétude que lui inspire la stratégie de la banque centrale.

"Un élément de la situation que l'on observe actuellement, l'un des facteurs, c'est le fait qu'il y a beaucoup de liquidités et c'est lié en partie aux achats de 80 milliards de dollars de bons du Trésor et de 40 milliards de prêts immobilisés titrisés que la Fed réalise chaque mois; je crois qu'il est sage que nous en prenions acte", a-t-il dit dans un entretien à la chaîne de télévision CNBC.

"Je continue de penser que nous devons faire ce que nous faisons en ce moment, dans le piège de la pandémie, mais encore une fois, je crois qu'une fois que nous l'aurons dépassée, il sera sage de commencer à limiter ces liquidités et à normaliser notre politique au fil du temps", a-t-il ajouté.

La Fed n'a pas modifié sa politique depuis bientôt un an après l'avoir assouplie pour répondre au choc de la crise du coronavirus et elle ne prévoit pas de remonter ses taux d'intérêt avant que les Etats-Unis aient retrouvé le plein emploi et que l'inflation ait atteint, voire dépassé, 2%.

Ses achats de titres, eux, ne devraient pas être réduits avant l'année prochaine.

Robert Kaplan, un ancien banquier de Goldman Sachs, exprime régulièrement sa préoccupation face au caractère ultra-accommodant de cette politique, qui risque selon lui de favoriser des excès sur les marchés financiers.

Mardi, il a précisé n'avoir pour l'instant observé aucun signe d'instabilité financière systémique mais il a réaffirmé que la Fed devrait commencer à réduire ses soutiens une fois que la pandémie sera sous contrôle.

Le président de la Fed Jerome Powell, lui, juge "prématuré" d'envisager une diminution des achats de titres en raison du niveau encore élevé du chômage.

(Version française Marc Angrand)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS