La faiblesse des cours du sucre n'a pas encore ralenti la hausse de la production

Une production en hausse constante, des prix au plus bas : le marché du sucre n’a pas encore réussi à revenir à l’équilibre. Le Brésil et l’Union européenne font l’objet de toutes les attentions.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La faiblesse des cours du sucre n'a pas encore ralenti la hausse de la production
Le marché se dirige vers une deuxième campagne excédentaire.

En un an, le cours du contrat à terme sur le sucre a perdu 31,2% à New York, à 10,63 dollars par livre. En cause, un surplus de 10,5 millions de tonnes (Mt) envisagé au terme de la campagne 2017-18 par l’Organisation internationale du sucre. La production s’élèverait à 184 Mt, contre 168 Mt en 2016-17 et 164 Mt en 2015-16. L’an prochain, le marché connaîtrait une seconde année consécutive de surplus (6,7 Mt), avec une production estimée à 185 Mt et une consommation prévue à 178 Mt. "Nous avons également eu un dollar américain fort", complète Andy Duff, stratégiste pour la banque néerlandaise Rabobank.

Les statistiques brésiliennes sont scrutées de près. Premier producteur mondial de sucre, le Brésil est talonné par l’Inde, qui ne cesse de gagner du terrain (33,8 Mt prévues en 2018-19 d’après le Département américain de l’Agriculture, en hausse de 11% en cinq ans). De fortes pluies ont, ces derniers mois, pénalisé la production. D’après l’Association brésilienne de la canne à sucre (Unica), le rendement de la canne récoltée auprès d’un échantillon de 76 entreprises était de 10% inférieur entre les résultats du mois d’août 2017 et ceux d’août 2018. L’arbitrage entre les cours du sucre et ceux de l’éthanol jouent par ailleurs actuellement en faveur du carburant. En juillet, les ventes d’éthanol hydraté ont augmenté, en volume, de 50% par rapport à juillet 2017. 36,4% de la récolte serait dirigée vers la filière agroalimentaire, contre 48,7% l’an dernier.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'euphorie retombe en Europe

Plus difficile à amortir sera, en revanche, la chute de la production prévue dans l’Union européenne. 20,3 Mt seraient produites en 2018-19, contre 21,2 Mt en 2017-18. "Les importations européennes de sucre tournent toujours au ralenti. Le prix moyen européen s’établit à 362 euros par tonne, sous le prix de référence (404 euros par tonne). Jamais un niveau aussi bas n’avait été enregistré jusqu’à présent", observe pour l’heure France AgriMer, l’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer. Après une forte progression de la production au terme de la première année post-quotas sucriers, résultat d'une plus grande surface de betterave et d'excellents rendements, la faiblesse des prix a refroidi de nombreux acteurs.

Au cours des mois à venir, Rabobank préconise de suivre l’évolution de la situation politique au Brésil, la possibilité d’un éventuel phénomène El Niño, ainsi que la météo en Inde et en Thailande.

0 Commentaire

La faiblesse des cours du sucre n'a pas encore ralenti la hausse de la production

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS