La facture des importations alimentaires renchérie par le fret

La hausse du coût du transport maritime, ainsi qu’une demande soutenue, contribuent à l’accroissement du coût des importations alimentaires, souligne la FAO.

Partager
La facture des importations alimentaires renchérie par le fret

Le coût des importations alimentaires devrait s’apprécier de 6% en 2017, à 1,416 trillion de dollars, estime l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). "Les coûts d'importation ont considérablement grimpé, des factures plus élevées ne veulent pas nécessairement dire que davantage de nourriture a été achetée", indique Adam Prakash, économiste à la FAO. En cause, le renchérissement du fret : le Baltic Dry, l’indice de référence du transport de matières premières sèches, a progressé de 55% depuis le début de l’année. Ainsi, les acheteurs de blé basés en Asie doivent, au départ des ports du golfe du Mexique, dépenser jusqu’à 45 dollars par tonne de céréales livrée, soit 36% de plus en un an. Particulièrement volatil, le Baltic Dry en est à sa deuxième année de hausse consécutive, ce qui ne s’était pas produit depuis dix ans. Il y a quelques mois, c'était les prix du fret conteneurisé qui s'envolaient, créant la panique chez les exportateurs.

Tous les indicateurs orientés à la hausse

La hausse des prix du transport fait suite au travail de réduction des surcapacités effectué par les armateurs et à l’augmentation de la demande en denrées agricoles. "L’amélioration des perspectives de production céréalière chez les principaux importateurs, entraînant une baisse de leurs achats sur le marché international, n'ont pas été suffisantes pour freiner la forte croissance du volume des importations de céréales en 2017", observe la FAO. 180 milliards de dollars y seraient consacrés cette année, un record. La facture des importations de viande bondirait pour sa part de 22% entre 2016 et 2017, à 176 milliards de dollars. L’engouement pour la consommation de beurre, notamment constaté en Asie et aux Etats-Unis, transparait également : la facture des importations de produits laitiers devrait augmenter de 51%, à 112 milliards de dollars.

0 Commentaire

La facture des importations alimentaires renchérie par le fret

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Matières Premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS