La facture de gaz plombe la chimie du sud

Publié le

Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement L’Usine Nouvelle - édition Abonné

Arkema, Kem One… Les groupes chimiques, qui consomment 40% du gaz fourni à l’industrie, voient leur production menacée dans le sud de la France. Par manque de compétitivité, car leurs sites payent leur gaz 20% plus chers que ceux situés au nord du pays. Ces derniers profitent des gazoducs alimentés par du gaz norvégien, néerlandais ou russe, alors que l’approvisionnement du Sud dépend du gaz naturel liquéfié (GNL). Or les fournisseurs de GNL préfèrent fournir en priorité le Japon, où le prix du gaz a flambé après Fukushima. Les chimistes ont convié le ministre de l’Écologie à une réunion de crise, lui demandant d’instaurer des obligations transitoires d’importation de GNL dans l’Hexagone, ainsi qu’une zone tarifaire unique en France.
Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS
Pour un accès immédiat, payez en ligne par carte bleue

En vous abonnant à L’Usine Nouvelle, vous accédez à :

  • Une vision unique de l’industrie en France et dans le monde
  • Une couverture inégalée de l’actualité des usines en région
  • Un décryptage exclusif de la digitalisation de l’industrie et des services
  • La base de référence des 20 000 premières entreprises et sites industriels
En vous abonnant à l'Usine Nouvelle
Déjà abonné?
Connectez-vous
Pas encore abonné?
Abonnez-vous
Mot de passe perdu

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte