La Dyane passe du thermique à l’électrique

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

La Dyane passe du thermique à l’électrique

Du révolutionnaire avec du vieux. Cela pourrait être la maxime résumant le concept de l’ElectroDyane. Ce véhicule est en apparence une Dyane comme les autres. Pour les plus jeunes, la Dyane a été commercialisée dès 1967, sous la forme d’une 2 CV re-stylée, avec des phares encastrés. Ce fleuron de l’automobile française a disparu en 1983, face à la concurrence accrue de la 2CV. Une disparition seulement temporaire…

L’ElectroDyane vient donner une seconde vie à la Dyane, en la transformant en « voiture écologique la moins chère du marché », selon les propos de l’association Bientôt électrique, spécialisée dans la conversion de véhicules thermiques à l’électrique. Point de départ de l’aventure : l’achat d’une vieille Dyane de 1970, qui allait mourir dans une casse. Avec cinq partenaires (Euroretro-pieces, Flexitec, Solusun, MGS Informatique et CJ Prestations), l’association l’a transformé en un véhicule électrique, après suppression du moteur thermique, de la ligne d’échappement et du réservoir à carburant. Autant de pièces sans utilité sur un véhicule électrique. « Une fois allégée de son moteur et composants thermiques, la Dyane a perdu 120KG, soit près de 20% de son poids », précise Cyrille Queron, à la tête du projet.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Capote solaire

Pour remplacer ces éléments, moteur électrique de 15KW, batteries au plomb d’une autonomie de 27 km, tableau de bord et jauge faits à partir de LED constituent les pièces essentielles du nouveau véhicule. Sans oublier la capote solaire adaptable sur 2CV du bureau d’études Solusun ! Faite de panneaux solaires fixés à la capote par le biais d’œillets, elle est certes moins escamotable que les capotes traditionnelles de 2CV mais permet de générer de l’électricité utile à recharger les batteries. Au total, cette métamorphose radicale a coûté 4 565 euros.

L’objectif de l’association est de rendre le véhicule encore plus écologique en l’équipant d’une batterie lithium-ion. Un changement qui lui permettrait d’acquérir une autonomie de 120 km.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS