Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La doctrine industrielle du nouveau ministre de l'industrie

,

Publié le

L'Usine Nouvelle avait interviewé le nouveau ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg. A l'époque, il venait d'être nommé représentant spécial du candidat François Hollande auprès des usines en difficulté. Morceaux choisis d'un entretien qui dressait déjà les esquisses de sa doctrine industrielle.

La doctrine industrielle du nouveau ministre de l'industrie © Luc Pérénom - L'Usine Nouvelle

Patriotisme industriel
Faire "le tour des usines, c’est d’abord une façon d’être présent sur ce front difficile, et  pour moi c’est la construction de la continuation avec les forces sociales, qui sont très patriotes dans la défense de leurs outils de travail. Les forces économiques elles-mêmes sont désemparées : des patrons de l’industrie ont le sentiment d’être abandonnés par les pouvoirs publics aujourd’hui. Notre objectif est d’inscrire la ré-industrialisation de notre pays comme grande cause nationale devant mobiliser ensemble les forces économiques, politiques, y compris la population. Pourquoi ? Parce qu’on est en zone rouge. Nous avons perdu beaucoup plus d’outils de travail, de savoir faire, de capacités techniques et de capacités de production que nos voisins ! Pour moi, c’est une cause quasiment patriotique."

Pragmatisme nucléaire
"La compétitivité de notre territoire est en partie liée au caractère bon marché de l’énergie électrique. Le nucléaire y a fortement contribué. Mais son prix va inexorablement augmenter, à cause du coût du démantèlement des centrales, des exigences croissantes de sécurité après Fukushima, et du coût des EPR. Est-ce que c’est de nature à diminuer notre compétitivité ? Ce n’est pas sur. En revanche, réduire notre dépendance aux hydrocarbures, entrer dans un univers de sobriété énergétique - ce qui n’est pas le cas aujourd’hui - de nature à organiser la sortie de crise, comme le propose François Hollande, ne pourra pas se faire avec une sortie concomitante du nucléaire. Soit on sort du tout pétrole, soit on sort du nucléaire. Et pour moi la priorité, c’est la sortie du tout pétrole."

Stratégie industrielle écologique
"Dans tous ses discours, François Hollande évoque la question de la transition énergétique. C’est en soi, pour moi, un programme révolutionnaire. Cette troisième révolution industrielle, avec les énergies renouvelables  et le réseau inspiré des technologies d’internet, me parait être l’horizon sur lequel l’Europe a des atouts et de l’avance par rapport au reste du monde. Le fédéralisme européen des projets doit contenir ces investissements massifs en matière énergétique."

Le modèle allemand est microéconomique
"Pour moi, l'Allemagne, c’est un anti- modèle macroéconomique. Ecraser les couts du travail, démanteler une partie de la protection sociale, appauvrir les gens qui travaillent : aujourd’hui ce n’est pas un modèle universalisable. Car si tous les pays européens font comme l’Allemagne, ils la ruineront. L’Allemagne est un modèle sur le plan microéconomique, dans les applications concrètes de la PME C’est pour cela que l’Allemagne est selon moi un modèle. Le système de financement des entreprises, le fait que les grands groupes financent les PME – chez nous ils les essorent-, que les banques soient au service des groupes industriels – chez nous elles les dirigent -, les compromis ?travail-capital peuvent être intéressants dans les entreprises."

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle