Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La division Défense de Renault Trucks en voie de la filialisation

, , ,

Publié le

La division Défense de Renault Trucks en voie de la filialisation © DR

Social. Suite au CCE de Renault Trucks Défense qui s'est déroulé mi-janvier au siège du groupe à Saint-Priest (Rhône), la direction a confirmé son intention de filialiser sa division Défense à compter du
1er juin prochain.

Les cinq sites de cette division sont concernés, à savoir :
- le Centre de production de véhicules militaires à Limoges (Haute-Vienne) qui compte 199 salariés ;

- les Ateliers de constructions mécaniques de l'Atlantique à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), 123 salariés ;
- Garchizy-Fourchambault (Nièvre), 104 salariés ;
- Satory-Versailles, 161 salariés ;
- et Lyon, 45 salariés ;
 
Soit un effectif total de 632 personnes au 31 décembre 2009, d'après les chiffres fournis par la direction.
 
Celle-ci précise que : « Pour l'heure, il ne s'agit que d'une intention. Aucune décision n'a encore été prise fermement. Ce projet n'a pas d'impact aujourd'hui sur les effectifs ». Les emplois devraient être maintenus dans la capitale limousine et sur les quatre autres sites jusqu'au 1er juin, date de la possible création de Renault Trucks Défense SAS.
 
Ce projet de filialisation fait suite à l'échec de Renault Trucks Défense après l'appel d'offres du ministère de la Défense pour son programme « porteur polyvalent terrestre ». Le contrat de 160 millions d'euros pour 2 000 camions a été remporté par le constructeur italien Iveco.

 

Bernard Darnichon, secrétaire adjoint CGT du CCE, apporte quelques précisions. « La direction nous a indiqués que son objectif était de filialiser la division Défense pour s'agrandir. Mais l'annonce de la perte du marché pour l'Armée française ne crée pas les meilleures conditions.
La direction est en discussion pour acquérir ou passer une alliance avec un partenaire français ou étranger, notamment avec Nexter, mais pas seulement. Enfin, les salariés s'inquiètent pour leur statut qui va être rediscuté quoiqu'il arrive. La plupart veut rester dans l'entité Renault Trucks Défense ».
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle