Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La distribution du courrier totalement ouverte à la concurrence

Publié le

Depuis le premier janvier le secteur postal est totalement ouvert à la concurrence, avec la disparition du dernier monopole de La Poste: la distribution des lettres de moins de 50 grammes. Mais aucun concurrent ne souhaite pour l'instant se lancer sur ce marché.

La distribution du courrier totalement ouverte à la concurrence © Poste

Le changement est surtout symbolique, dans un premier temps. Le premier janvier a marqué la libéralisation totale des services postaux. Toute société peut aujourd'hui distribuer lettres et colis. Les lettres de moins de cinquante grammes étaient encore un monopole de La Poste jusqu'à fin 2010. Mais aucun projet concurrent n'est présenté: ce marché n'est pas assez rentable, et actuellement en plein régression. La montée inexorable des communications électroniques impacte directement le secteur postal.

"Personne n'a envie d'attaquer un acteur dominant, alors que le marché est en déclin structurel", explique aux Echos un concurrent potentiel, le président d'Adrexo. Frédéric Pons a essayé il y a deux ans de lancer sa société dans la distribution de courriers de plus de 50 grammes, au niveau national. Depuis Adrexo a abandonné ce marché, pour se recentrer sur les colis et les envois publicitaires.

C'est sur des marchés de niches que se développera certainement la concurrence, et pas au niveau national, trop peu rentable. Les colis sont déjà distribués par quelques géants internationaux comme Fedex ou DHL. Pour les courriers classiques, des concurrents se dévoileront surement pour des zones précises, à forte valeur ajoutée, comme les quartiers d'affaires. C'est là que se trouve le danger pour la poste. Les cinquantes plus gros clients du groupe assurent à eux seuls un tiers du chiffre d'affaire de l'activité postale. Ces grandes sociétés vont prochainement être démarchées par des opérateurs privés.  Un risque important pour l'ancienne entreprise publique.

 

Réagir à cet article

inscrivez-vous aux webinaires

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle