International

La direction d’Airbus Group s'exprime contre le Brexit

Olivier James , , , ,

Publié le

A l’occasion de la présentation des résultats d’Airbus Group, les dirigeants de l’entreprise ont affiché leur méfiance quant à la sortie possible de la Grande-Bretagne de l’Union européenne.



Tout un symbole. Alors qu’Airbus Group présentait ses bons résultats financiers pour l’année 2015 au cœur de Londres, dans un hôtel de la gare de Paddington, les dirigeants ont été interpellés sur un éventuel Brexit. Ils ont marqué sans ambages leur préférence pour un maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne. Une prise de position forte pour ce groupe aéronautique et spatial qui symbolise sans conteste la plus belle construction industrielle européenne.

"C’est au peuple britannique de s’exprimer, a d’abord commenté Tom Enders, le patron du groupe. Mais si la Grande-Bretagne décidait de quitter l’Union européenne, personne ne pourrait en prévoir les conséquences. Comme l’a dit le premier ministre de manière pertinente, ce serait un saut dans le vide, un saut dans le noir. Et ça, ça ne plaît pas aux entreprises." Et le dirigeant de résumer de manière diplomatique : "d’un point de vue commercial, le Brexit ne renforcerait pas notre compétitivité ".

Des ailes britanniques 

Aussitôt, le président d’Airbus Group en Grande-Bretagne a pris la parole pour enfoncer le clou. "Airbus Group peut s’appuyer sur un travail d’équipe à l’échelle européenne, c’est au cœur de notre réussite, a assuré Paul Kahn. En cas de Brexit, il y aurait une incidence sur nos opérations. Nous sommes pour un maintien de la Grande-Bretagne au sein de l’Union européenne."

Au début de la conférence sur les résultats, Rainer Ohler, le responsable de la communication du groupe, a d’ailleurs rappelé que toutes les ailes des avions d’Airbus étaient produites en Grande-Bretagne. En cas de Brexit, Airbus Group devrait-il revoir une partie de son complexe schéma industriel qui lui permet de livrer ses appareils ? Les dirigeants du groupe n’osent encore l’envisager.


 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

02/03/2016 - 14h22 -

Si le brexit doit faire des perdants, il ne les fera pas tous du même côté !
C'est aussi aux industriels de dire aux gouvernants qu'ils doivent être efficaces pour nous sortir de la crise et empêcher les replis, conséquences des mauvaises politiques et des abus de toutes sortes de ceux qui sont en charge de la politique.
Nous ne les payons pas aussi cher pour qu'ils s'endorment mais pour qu'ils agissent efficacement.
S'ils ne sont pas capables qu'ils laissent leur place à ceux qui le sont !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte