Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

La direction a présenté ses premières mesures d’accompagnement pour les salariés de PSA Saint-Ouen

, , , ,

Publié le

Direction et représentants du personnel de l’usine PSA de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) ont commencé à négocier les mesures d’accompagnement des salariés avant la fermeture de l’établissement et constaté leurs désaccords.

La direction a présenté ses premières mesures d’accompagnement pour les salariés de PSA Saint-Ouen
La direction de PSA a exposé aux représentants du personnel ses premières propositions d’accompagnement des salariés du site de Saint-Ouen qui doit fermer en 2021.
© Dominique Pizzalla - PSA

Un peu moins d’un mois après l’annonce officielle, le 21 novembre, de la fermeture de l’usine de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) du groupe PSA en 2021, la direction du constructeur automobile a, vendredi 14 décembre, exposé aux représentants du personnel ses premières propositions d’accompagnement des salariés a-t-on appris auprès d’une source syndicale. L’établissement qui emploie environ 350 ouvriers, techniciens et cadres dont cesser son activité en mars 2021 pour libérer le terrain sur lequel les hôpitaux de Paris ont décidé de construire le futur grand établissement hospitalo-universitaire du nord de Paris

"Pour ce qui concerne les mobilités externes la direction propose dix-huit mois de salaire alors que nous demandons 36 mois. C’est un point clef du plan d’accompagnement car la plupart des salariés n’ont pas envie d’aller travailler à l’usine de Poissy et veulent quitter PSA", a indiqué Brahim Loujahdi, délégué syndical central suppléant du syndicat CFTC.
Dans le détail les représentants du personnel demandent douze mois au titre des indemnités de licenciement ainsi qu’une prime exceptionnelle de 24 mois.

"Aujourd’hui pour faire partir un fonctionnaire l’Etat propose 24 mois du salaire de référence et c’est aussi ce que nous demandons car pour nous c’est l’Etat qui met les salariés à la porte et doit prendre ses responsabilités", poursuit Brahim Loujahdi.

Cinq ans de congés séniors

Concernant la négociation sur les congés séniors, figurant également à l’ordre du jour de vendredi matin, la direction de PSA a proposé une période de cinq ans de congés payée à 75 % du salaire.

"Cela ne répond pas à ce que nous avons demandé car nous souhaitons obtenir 100 % du salaire mais au moins il y a des avancées", a encore confié Brahim Loujadhi. La direction s’est, par ailleurs, engagée à ce que les accords qui seront conclus soient rétroactifs et bénéficient donc également aux salariés de Saint-Ouen qui ont quitté l’entreprise depuis le 21 novembre.

Direction et syndicats, qui n’ont pas encore débattu des mesures de mobilité interne, ont prévu de se revoir le 8 janvier.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle