L'Usine Aéro

La défense change la donne du top 100 de l'aéronautique 2012

, , , ,

Publié le

La dernière étude du cabinet PricewaterhouseCoopers (PwC) sur le marché de l’aéronautique fait état d’un clivage économique de plus en plus profond entre les activités civiles et militaires. Les Français continuent de bien se positionner au niveau mondial.

La défense change la donne du top 100 de l'aéronautique 2012 © e'm company / H. Goussé

La guerre est déclarée entre l’aéronautique civile et l’aéronautique militaire. Selon l’étude PwC sur les données financières des groupes du secteur en 2011 transformée en top 100 par le site spécialisé Flightglobal.com, le marché ne cesse de se scinder en deux pôles bien distincts.

Et c’est le militaire qui pâtit de la crise, plombé par une baisse généralisée des budgets défense et armement dans la plupart des pays. L’enquête de PwC anticipe quelque peu l’impact financier sur les entreprises focalisées sur l’activité militaire, dont il prévoit plutôt les difficultés économiques pour 2013.

Mais déjà, le cabinet prévient que la crise du militaire n’est pas cyclique, et que les gouvernements ne reviendront jamais les poches pleines pour renflouer les caisses des industriels de l’armement. "Il n’y aura jamais plus de vague sur laquelle surfer", assure Anna Sargeant, directrice de la stratégie chez PwC.

Et d’évoquer une piste intéressante pour les industriels de la défense : se positionner sur le marché de la cyber-sécurité, en pleine croissance et relativement proche des technologies mises en place dans la défense.

EADS au top, Thales et Safran remontent

De cette étude de PwC sur 2011, Flight Global a tiré un top 100 de l’aéronautique. Si Boeing, en dédoublant son activité dans le militaire et le civil, fait toujours la course en tête avec 5,84 milliards de dollars de bénéfice net en 2011, les Européens et Français offrent de belles performances.

Le consortium EADS, porté par les bons résultats d’Airbus et son leadership sur Boeing, se place 2e avec un bénéfice net de 2,14 mrds de dollars en 2011. Lockheed Martin, General Dynamics, United Technologies, Northrop Grumman, Raytheon, Finmeccanica et General Electric complètent le top 10.

Chute la plus significative et preuve des coupes drastiques dans les budgets de la défense américain et européen : la dégringolade du britannique BAE Systems, futur potentiel allié d'EADS si leur projet de fusion aboutit en octobre, de la 8e place du top en 2010 et 2011, à la 15e place en 2012.

Du côté des Français, Safran et Thales grappillent des places au classement. Respectivement 13e et 12e dans le top 2011 basé sur les données de 2010, les deux mastodontes font une belle remontée.

Safran se place à la 10e place, avec 1,57 mrd de dollars de bénéfice net, porté par son activité moteurs et son partenariat avec GE dans la coentreprise CFM International. Un rang derrière, Thales, le spécialiste de l’électronique, se bat pour devenir un leader dans les technologies embarquées après avoir bâti son succès sur les systèmes d’information critiques.

Top 100 Aéronautique 2012

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte