La décision de Donald Trump sur l'Accord de Paris est un "retour en arrière", selon Nicolas Hulot

Léna Corot ,

Publié le

Vu sur le web Nicolas Hulot critique la décision prise par Donald Trump de sortir les Etats-Unis de l'Accord de Paris. Le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire parle de véritable "retour en arrière" tout en soulignant que "ce n'est pas l'ensemble de la communauté internationale qui cède à ce négationnisme".

La décision de Donald Trump sur l'Accord de Paris est un retour en arrière, selon Nicolas Hulot
"Ce n'est pas l'ensemble de la communauté internationale qui cède à ce négationisme", a déclaré Nicolas Hulot a propos de la volonté de Donald Trump de quitter l'Accord de Paris.
© photo pascal Guittet

Gâchis, découragement, retour en arrière,… les mots prononcés par Nicolas Hulot suite à la décision prise par Donald Trump de sortir les Etats-Unis de l'Accord de Paris sont forts. Invité sur France Inter, le ministre de la transition écologique et solidaire, a dit craindre les effets de cette déflagration, notamment pour les populations les plus vulnérables. "Je pense aux dizaines de millions de personnes qui, chaque année, doivent quitter leur terre pour des raisons qui ne dépendent pas d'eux", abonde le ministre.

Toutefois, soulève Nicolas Hulot, "ce n'est pas l'ensemble de la communauté internationale qui cède à ce négationnisme", seulement les Etats-Unis. Avant même la décision du président américain, la Chine, premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, a fait savoir qu'elle allait "continuer à mettre en œuvre les promesses faites lors de l'accord de Paris". A ce propos Nicolas Hulot affirme n'avoir "aucun doute sur les facultés de la Chine à réaliser ses objectifs voir même aller plus loin".

Donald Trump, seul contre tous ? De nombreux industriels américains ont déjà annoncé soutenir l'accord de Paris. De même, les états de Californie, Washington et New-York ont de nouveau affirmé leur engagement en faveur de l'environnement tout comme certaines villes américaines. In fine, la sortie de Donald Trump semble souder les différents acteurs favorables à l'Accord de Paris.

Nicolas Hulot incite les déçus à venir en France

Plus encore, "Donald Trump se sanctionne lui-même". La lutte contre le réchauffement climatique est en marche, que les Etats-Unis le veuille ou non. Mais en affirmant que ce combat n'est pas le sien, le président américain fait fuir certains acteurs. "Les opportunités économiques vont profiter ailleurs qu'aux Etats-Unis", déclare Nicolas Hulot, faisant écho au discours d'Emmanuel Macron.

"A tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens responsables qui ont été déçus par la décision du président des Etats-Unis, je veux dire qu’ils trouveront en France une deuxième patrie. Je leur lance un appel : venez et travaillez ici avec nous, pour trouver des solutions concrètes pour protéger le climat", a déclaré le Président de la République jeudi soir.

Allant dans le même sens, le ministre de la transition écologique, a déclaré réfléchir à "créer des conditions d'accueil favorables" pour accueillir en France les déçus de la décision de Donald Trump. "Certains mettront plus de temps à entrer dans le train de l'histoire mais tous finiront par le prendre", conclue le ministre.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte