La Datar relativise l'ampleur de la désindustrialisation. Coca-Cola cherche un nouveau patron. Les finances de l'Etat aiguisent les appétits. Pharmacie, Aventis vise les erreurs de procédure...

Partager

La Datar relativise l'ampleur de la désindustrialisation. Après un record à la baisse en 2003 pour la croissance française, avec 0,2 %du PIB, la reprise semble se profiler. Le chômage reste une préoccupation majeure pour les ménages, avec la perte de 100.000 emplois dans l'industrie l'année dernière. Pour autant, dans le rapport qu'elle va présenter aujourd'hui, que Les Echos se sont procurés, la Datar met un bémol dans ce sombre tableau. Il souligne que la part de l'industrie dans le PIB français, autour de 20 %est restée quasiment stable depuis 20 ans. Et la France est restée la cinquième puissance industrielle mondiale. L'évolution traduit plutôt une mutation d'ensemble du système productif.

Coca-Cola cherche un nouveau patron. A la surprise générale, Douglas Daft, l'actuel PDG a annoncé son intention de prendre sa retraite avec un peu d'avance, révèle Les Echos. L'enquête de la SEC, sur certaine pratiques comptables dans les années 90, n'y est peut-être pas étrangère remarquait Le Wall Street Journal. Le numéro deux, Steve Heyer est sur les rangs, mais une candidature extérieure pourrait être retenue par le conseil d'administration. Après des baisses d'effectifs massives, une réorganisation des processus de décisions, et une diversification dans l'eau et les jus, le groupe a retrouvé un bon niveau de bénéfices, plus de 4,3 milliards de dollars l'an dernier, mais la croissance ralentit toujours.

Les finances de l'Etat aiguisent les appétits. Celui-ci va adopter un nouveau système informatique financier. Le projet baptisé Accord II, met le secteur des sociétés de services informatique sous pression, note Les Echos. Le Consortium chargé de mettre en place le nouveau système sera désigné le mois prochain. L'application unique pour la gestion du budget à destination de tous les acteurs du système financier de l'Etat, représente un budget évalué à quelques 200 millions d'euros et est convoité par toutes les grandes SSII.

Pharmacie, Aventis vise les erreurs de procédure. Dans le cadre de l'offre hostile lancée par Sanofi, la bataille entre les deux laboratoires se déplace sur le terrain judiciaire, indiquent Les Echos et La Tribune. Le groupe franco-allemand a déposé vendredi un recours devant la Cour d'appel de Paris, pour contester la procédure de l'opération. La faiblesse du prix proposé, la rapidité de l'autorisation de l'Autorité des marchés financiers, l'absence de dépôts précis auprès des instances de régulation posent problème. Par ailleurs Sanofi aurait oublié des bons de souscription d'actions, non cotés attribués à des salariés allemands d'Aventis.

Le téléphone mobile de troisième génération se lance. Les grands du secteur de la téléphonie mobile en Europe, présentent leurs offres commerciales dans l'UMTS, rapporte La Tribune. Après SFR au début du mois, Orange va dévoiler ses propositions aujourd'hui. Les projets de T-Mobile, Telefonica ou Telecom Italia suivront dans le courant de l'année. Néanmoins, après des acquisitions de licences à prix d'or et des perspectives de rentabilité aléatoires, les opérateurs restent circonspects sur le lancement de la norme de troisième génération. Elle devrait pourtant permettre d'atteindre des débits 200 fois supérieurs à celui du GSM et 10 fois supérieurs à celui du GPRS.

Le financement des syndicats intéresse Fillon. Le ministre du Travail et des Affaires sociales souhaite mettre un terme à l'opacité du système de financement des organisation syndicales françaises, relève La Tribune. Les consultations débuteront le 2 mars avec l'objectif d'obtenir un consensus à l'automne. Le ministre exclut un mécanisme de financement public, comme pour les partis politiques, mais les branches seraient encouragées à contribuer financièrement, afin de clarifier les règles de dédommagements des syndicalistes qui participent à la gestion des organismes paritaires.

La reprise va-t-elle se consolider et avec quels moyens ? Difficultés à résorber les déficits structurels, baisse des investissements étrangers en France, exportations bridées par la hausse de l'euro, confiance des ménages face au chômage: Deux économistes, Jean-Hervé Lorenzi, conseiller à la Compagnie Financière de Rothschild, et Marc Touati, directeurs des études chez Natexis, tentent d'y répondre dans deux entretiens à La Tribune.

Didier RAGU

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS