Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Malgré le dieselgate, la culture d'entreprise chez Volkswagen n'a pas évolué, selon ses salariés

, , ,

Publié le , mis à jour le 16/02/2018 À 07H02

Près de deux ans et demi après la révélation du scandale des émissions polluantes, la majorité des salariés de Volkswagen juge que la culture d'entreprise n'a pas évolué au sein du groupe en matière de responsabilité, a déclaré jeudi 15 février le chef du comité d'entreprise du constructeur automobile.

Malgré le dieselgate, la culture d'entreprise chez Volkswagen n'a pas évolué, selon ses salariés
La majorité des salariés de Volkswagen juge que la culture d'entreprise n'a pas évolué au sein du groupe en matière de responsabilité, près de deux ans et demi après la révélation du scandale des émissions polluantes.
© Volkswagen

Près de deux tiers des employés de Volkswagen disent ne relever "aucune amélioration" en matière de responsabilité au sein du groupe, a dit jeudi 15 février Bernd Osterloh, le chef du comité d'entreprise de Volkswagen, citant les résultats d'une étude réalisée en décembre auprès de 51.000 personnes dans les usines allemandes du groupe. Et ce alors que les investisseurs estiment que les efforts du groupe automobile en matière de transparence et les améliorations qu'il cherche à apporter sont essentiels pour retrouver la confiance des consommateurs.

Mais le mécontentement des employés risque d'inciter les syndicats à durcir leur discours vis-à-vis de leur direction. "Le changement de culture reste pour nous un chantier permanent", explique Bernd Osterloh dans des commentaires publiés sur le réseau intranet de VW.

Le directeur des ressources humaines, Karlheinz Blessing, chargé d'infuser ce changement au sein du groupe de Wolfsburg, a déclaré que cette transformation devait avoir un soutien plus large pour réussir. "Nous avons toujours dit qu'un changement de culture ne peut pas s'opérer sur le court terme et prend du temps, et qu'il ne relève pas non plus du travail d'un seul ou d'un groupe de participants", a-t-il dit dans une interview séparée publiée en interne. "Tous les acteurs sont vivement encouragés à participer à ce changement de culture."

Des tests Audi menés sur des singes et des humains

De son côté, Bernd Osterloh, qui est candidat à sa propre succession au poste de chef du comité d'entreprise le mois prochain, a déclaré que les salariés étaient critiques vis-à-vis de la communication interne de leur direction et s'inquiétaient de la sauvegarde de leur emploi et des conditions de leur départ à la retraite.

Etant donné le flot permanent d'informations négatives sur VW, il n'est pas surprenant que la confiance des employés s'effrite, a ajouté Karlheinz Blessing, faisant allusion notamment aux essais sur les effets des émissions de gaz d'échappement qui ont été conduits sur des singes et des humains ou aux perquisitions chez Audi, filiale du groupe. "Avec ces gros titres négatifs qui continuent de nous surprendre, ce serait remarquable si cette confiance n'était pas ébranlée", a-t-il dit. "Nous pouvons seulement présenter nos excuses aux équipes pour ce qu'elles doivent endurer, même si nous ne sommes pas les auteurs de ces gros titres."

Pour Reuters, Andreas Cremer et Jan SchwartzCatherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle