La croissance organique de PPR accélère, la marge progresse

PARIS (Reuters) - PPR fait état de résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre, tirés par une accélération de la croissance de Gucci Group et de Conforama, mais s'abstient de faire une prévision pour l'ensemble de l'exercice.

Partager

Le groupe, qui a entamé son recentrage sur le luxe et les marques de sport ou de mode avec la cession d'une majorité du capital de CFAO, a vu ses ventes atteindre 4.009 millions d'euros au deuxième trimestre, un chiffre supérieur à la prévision des analystes interrogés par Reuters (3.865 millions).

La croissance organique est quant à elle ressortie à 2%, après une progression de 1,3% au premier trimestre, tirée par le luxe dont les ventes se sont accélérées (+10,9%) à données comparables après une progression de 6% au premier trimestre, alors que les analystes attendaient en moyenne 8%.

La seule marque Gucci, qui compte pour l'essentiel des profits du pôle luxe, a vu ses ventes progresser de 9,4%.

Dans les activités grand public destinées à être cédées, la croissance est ressortie à 6,5% pour la chaîne d'ameublement Conforama et à 2,5% pour la Fnac, alors que les ventes ont baissé de 1,9% chez Redcats, les activités de vente à distance regroupant notamment La Redoute.

L'équipementier sportif Puma, dont PPR détient environ 70% du capital, a vu ses ventes chuter de 7,7% sur le trimestre.

Sur l'ensemble du premier semestre, le chiffre d'affaires affiche une hausse de 1,7% en données organiques, à 8.139 millions d'euros.

Le résultat opérationnel courant a grimpé de 20,7% à 708 millions d'euros, récoltant les effets des programmes de réductions de coûts mis en place en pleine crise, alors que les analystes tablaient sur 648 millions, ce qui se traduit par une marge en progression de 1,2 point à 8,7%, contre 7,5% il y a un an et 8,4% à la fin 2009.

Le bénéfice net part du groupe des activités poursuivies hors éléments exceptionnels a quant à lui atteint 407 millions d'euros, en hausse de 87%, au premier semestre.

La valeur a clôturé jeudi à 102,35 euros. A ce niveau de cours, elle affiche un bond de 21,5% depuis le début de l'année, signant la deuxième plus forte hausse du luxe européen, après Hermès.

Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS