PME-ETI

La croissance de l'ingéniérie se maintient... hors de l’Hexagone !

,

Publié le

S’il n’y a qu’une leçon à retenir de l’année 2012 dans l’ingénierie française, ce sera sans nul doute encore la course à l’internationalisation.

La croissance de l'ingéniérie se maintient... hors de l’Hexagone ! © Fotolia

Notre classement annuel des ténors de l'ingénierie française n’indique pas de mauvaises performances malgré une conjoncture peu favorable avec des investissements industriels à la peine et une politique de grands travaux à la baisse. A de rares exceptions près, les croissances de chiffres d’affaires sont même notables.

Le lyonnais Akka Technologies se distingue particulièrement, avec un quasi doublement de son chiffre d’affaires. Positionné sur "la mobilité, automobile, aéronautique, ferroviaire", comme le souligne Maurice Ricci son patron, il a bénéficié à plein de sa grosse acquisition en Allemagne, MBTech, ex-filiale de Daimler qui travaille avec tous les grands constructeurs européens.

Une JV en Chine pour Altran

Se développer à l’international c’est également l’un des objectifs phares inscrit dans le plan stratégique initié par Philippe Salle, le Pdg d’Altran. Le groupe a créé il y a quelques mois seulement une joint-venture avec Beyondsoft Corporation, une entreprise chinoise spécialisée dans les services informatiques et les solutions industrielles et cotée à la bourse de Shenzhen. Dans un premier temps il détiendra 51% du capital de cette société commune. La JV Altran-Beyondsoft Technologies sera spécialisée dans les services d’ingénierie tournés vers les systèmes intelligents. Le groupe a par ailleurs lancé une division "Intelligents Systems" forte de 3000 experts répartis sur 13 pays en Europe, aux États-Unis et en Asie.

Egis se tourne vers l'Ouest

Se diversifier hors de nos frontières est également un impératif pour les entreprises spécialisées dans d’ingénierie du bâtiment, de l’environnement et des infrastructures. Egis se tourne de l’autre côté de l’Atlantique. Après la concession aéroportuaire au Brésil l’année dernière, le groupe contrôlé par la CDC vient de signer un contrat avec une administration américaine en charge de la collecte du péage. Etalé sur cinq ans, il comprend la fourniture, la mise en place et l’exploitation de la plate-forme nationale d’interopérabilité de collecte et de vérification du paiement du péage. Une ouverture vers le grand marché américain.

Les PME à la peine

Mais pour nombre de PME "présentes surtout sur leur marché local, les licenciements et les dépôts de bilans sont à ordre du jour", souligne Stéphane Aubarbier, vice-président d’Assystem et président de Syntec-Ingénierie. Et la croissance presque nulle qui sera enregistrée cette année n’est pas là pour rassurer.

Didier Ragu

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte