Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La croissance chinoise tombe à 7,5% au 2e trimestre

Publié le

par Langi Chiang et Jonathan Standing

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

PEKIN (Reuters) - La croissance du produit intérieur brut chinois a de nouveau marqué le pas au deuxième trimestre, passant de 7,7 à 7,5% en valeur annuelle, annonce lundi le Bureau national des statistiques.

Cette deuxième baisse consécutive correspond à l'estimation des économistes interrogés par Reuters. La croissance a été de 7,6% au cours du premier semestre. Sur les dix derniers trimestres, elle a reculé neuf fois.

"Ces chiffres ne sont pas surprenants et viennent s'ajouter aux signes de pression à la baisse sur l'économie chinoise", a commenté Zhou Hao, économiste de la banque ANZ à Shanghai.

Le dollar australien, très sensible à la demande chinoise de matières premières, était à la hausse après l'annonce du Bureau des statistiques. Certains tablaient sur un ralentissement encore plus marqué après l'annonce, la semaine dernière d'une baisse des exportations en juin.

Selon Sheng Laiyun, porte-parole du Bureau des statistiques, les conditions sont réunies pour que la Chine atteigne son objectif de 7,5% de croissance en 2013.

"Certaines mesures, notamment la campagne renforcée de limitation de la propriété, de nouvelles règles pour lutter contre le recours abusif aux fonds publics et la fin de certaines politiques de stimulation auront inévitablement un impact sur la croissance à court terme, mais elles seront bénéfiques à terme pour notre économie", a-t-il déclaré lors d'un point de presse.

RECENTRAGE SUR LA DEMANDE INTÉRIEURE

Les perspectives pour le reste de l'année seront toutefois moins favorables si le "crunch" inattendu du mois dernier sur le marché monétaire, qui a fait monter les taux d'intérêt à court terme à des niveaux jamais atteints, venait à se répercuter sur l'économie réelle.

Les nouveaux dirigeants chinois, le président Xi Jinping et le premier ministre Li Keqiang, souhaitent tourner la page de la croissance tous azimuts des trois dernières décennies pour recentrer l'économie sur la demande intérieure.

En conséquence, Pékin s'est abstenu de mener une politique de relance cette année, privilégiant une croissance plus lente mais liée à la consommation plutôt que d'encourager l'investissement financé par la dette.

Mais les choses pourraient changer, surtout si le marché du travail commence à montrer des signes de faiblesse susceptibles d'alimenter des tensions sociales.

Parmi les autres résultats annoncés lundi, l'inflation a progressé plus vite que prévu en juin avec 2,7%, mais elle reste nettement sous l'objectif annuel de 3,5%.

La production industrielle a quant à elle gagné 8,9% en juin par rapport à l'année précédente, alors que les analystes tablaient sur 9,1%.

Les ventes de détail ont par ailleurs augmenté de 13,3% au cours du même mois, toujours par rapport à l'an dernier. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à 12,9%.

Enfin les investissements en actifs fixes sur les six premiers mois de l'année ont gagné 20,1% alors que l'enquête de Reuters prévoyait 20,2%.

Avec Kevin Yao, Jean-Philippe Lefief pour le service français

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle