Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

La crise pèse sur les résultats de Suez Environnement

Astrid Gouzik

Publié le

Les surcoûts liés à l’usine de dessalement d’eau construite en Australie ont également plombé les comptes du groupe français.

La crise pèse sur les résultats de Suez Environnement © D.R.

C’est un plongeon de 82% de son bénéfice net que Suez Environnement a révélé, mercredi 1er août, pour le premier semestre de son exercice. Le chiffre d’affaires est en recul de 0,7% à 7,32 milliards d’euros.

Le groupe de gestion d’eau et de déchets expliqué cette contre-performance par le "contexte macro-économique plus difficile" en Europe, qui a entraîné un recul de la production industrielle au premier semestre. Cela a affecté par ricochet sa branche Déchet, avec un repli de 3,2% des volumes traités. La crise a également pesé sur ses activités de conception et construction de projets.

Par ailleurs, les profits du groupe ont été entamés par une provision opérationnelle de 85 millions d'euros annoncée en juin. Elle est consécutive au retard de six mois dans la construction de l’usine de dessalement d'eau de mer à Melbourne, en Australie.

Selon Suez Environnement, le chantier est désormais achevé à 95% (contre 94% fin juin). La construction physique est "quasiment terminée", la production d'eau dessalée a démarré le 30 juin et la pleine capacité sera atteinte en décembre.

Pour autant, le groupe maintient le cap pour l’année 2012. Il a confirmé ses objectifs annuels, qu'il avait abaissés fin juin. "Suez Environnement est bien armé pour résister à la crise et au delà pour profiter des opportunités", a défendu son directeur général Jean-Louis Chaussade, lors d'une téléconférence, ajoutant que "les fondamentaux de nos métiers restent bons" et que sur le long terme, "nos perspectives de résultats sont solides".

Dans le détail, la division Eau Europe a dégagé un excédent brut d'exploitation de 572 millions, en recul de 2,1% en données publiées (+3,2% en données organiques). Elle a remporté ou renouvelé de "nombreux contrats", souligne le groupe, évoquant notamment ceux de Bordeaux Assainissement (243 millions d'euros, 6 ans) ou Tenerife en Espagne (5 ans et 65 millions d'euros).

Toutefois, à Bordeaux, la filiale du groupe Lyonnaise des Eaux avait dû consentir une baisse de tarifs pour les usagers à l'occasion du renouvellement de sa concession. A l'expiration de celle-ci en 2019, la communauté urbaine reprendra la gestion directe de l'eau.

La branche Déchets Europe subit de plein fouet la dégradation de la conjoncture, avec une chute de 14% de son résultat brut d'exploitation à 378 millions (-14,7% en organique). La dégradation de l'économie a en effet fait chuter de 3,2% les volumes de déchets industriels à traiter.

Enfin, le segment international a vu son bénéfice opérationnel chuter de 12,5% (-17,2% en données organiques).

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle